Volcan :

De nouvelles mesures de sécurité pour admirer le Piton de la Fournaise


Publié / Actualisé
Les mesures de sécurité concernant l'accès au Piton de la Fournaise évoluent. La fréquence des éruptions et l'imprévisibilité du volcan ont en effet incité l'Organisation de la Réponse de Sécurité Civile (ORSEC) a adapter l'accès au site selon trois échelons distinctifs : une première phase de vigilance (lorsque le volcan montre des signes d'activité tels que des séismes, un gonflement du cratère ou encore des émanations de gaz), une phase éruptive (éruption probable et éruption en cours) ainsi qu'une phase de sauvegarde (quand l'éruption est terminée). (Photo rb / www.ipreunion.com)
Les mesures de sécurité concernant l'accès au Piton de la Fournaise évoluent. La fréquence des éruptions et l'imprévisibilité du volcan ont en effet incité l'Organisation de la Réponse de Sécurité Civile (ORSEC) a adapter l'accès au site selon trois échelons distinctifs : une première phase de vigilance (lorsque le volcan montre des signes d'activité tels que des séismes, un gonflement du cratère ou encore des émanations de gaz), une phase éruptive (éruption probable et éruption en cours) ainsi qu'une phase de sauvegarde (quand l'éruption est terminée). (Photo rb / www.ipreunion.com)

Le Piton de la Fournaise est actif et entre donc régulièrement en éruption. Un spectacle à ne pas manquer qui toutefois peut présenter certains risques pour ceux qui souhaitent le contempler.

Les randonneurs sous-estiment parfois les dangers de l'enclos du Piton et minimisent les risques d’une éruption volcanique. Lors d'un tel évènement, le site est gagné par un épais brouillard, le risque de se perdre ou de se blesser avec la roche volcanique, tranchante et accidentée, devient alors une réalité. Certaines expéditions virent au drame: le 23 avril 2021, deux jeunes étudiants Saint-Pierrois ont été retrouvés morts dans l'enclos du Piton alors qu'ils étaient partis observer l'éruption en cours.

Lire aussi : Volcan : les corps des deux jeunes randonneurs se trouvaient près du cône éruptif

Le 26 juillet 2020, c'est une randonneuse qui est portée disparue au niveau du piton de Bert. Partie avec son mari, le couple de randonneurs chevronnés s'était élancé sur la boucle du GR R2 : départ vallée basse sentier jacques payet, intermédiaire piton Bert. Son corps ne sera pas retrouvé.

Lire aussi: Touriste disparue au volcan : la famille de Brigitte Ligney appelle à l'aide

En réponse à ce besoin d'encadrement des conditions d'accès, le préfet de La Réunion, l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) et les collectivités locales mènent depuis plusieurs mois un travail de concertation visant à réviser le Dispositif Spécifique d’Organisation de la Réponse de Sécurité Civile (DSO ORSEC) du volcan

- Les conditions d'accès se déclinent selon 3 échelons -

-        En phase de vigilance (lorsque le volcan montre des signes d’activité tels que des séismes, un gonflement du cratère ou encore des émanations de gaz): l’accès à la partie haute de l’enclos est limitée à 3 sentiers balisés pour les publics non accompagnés. En dehors de ces sentiers, le public devra être accompagné par des accompagnateurs moyenne montagne ou des guides haute montagne.
-        En phase éruptive (éruption probable et éruption en cours) : la partie haute de l’enclos, les grandes pentes et la partie basse de l’enclos sont interdites d’accès au public.
-        En phase de sauvegarde (quand l’éruption est terminée): après les reconnaissances de terrain dans la partie haute de l’enclos, la partie basse pourra être ré-ouverte au public. Des mesures réglementaires pour la gestion de la circulation et du stationnement ainsi que des travaux de signalétique seront mises en œuvre, en lien avec les collectivités concernées.

- Conditions d'accès en phase de viligance -

Depuis 2016, la phase de vigilance est activée de manière permanente à l’issue de chaque éruption depuis. En 2014, l’accès du public à l’enclos a été limité à trois sentiers balisés, afin de pouvoir localiser rapidement les usagers et faciliter leur évacuation en cas d’éruption. Désormais, durant la phase de vigilance les conditions d’accès seront différentes pour les publics accompagnés et non accompagnés :

• Pour les publics non accompagnés :

l’accès à la partie haute de l’enclos reste limité aux trois sentiers de randonnées balisés :
-  sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – Sentier Rivals – Cratère Caubet;
-  sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – sentier d’accès au site d’observation du cratère Dolomieu (accès Nord) ;
- sentier Kapor jusqu’à Piton Kapor.

• Pour les publics accompagnés par des accompagnateurs moyenne montagne (AMM) et des guides haute montagne (GHM) :

l’accès à la partie haute de l’enclos est autorisé hors sentiers, à l’exception d’un certain nombre de secteurs considérés comme dangereux (zones où la couverture téléphonique ne permet pas l’appel au 112 ou la réception des sms d’alertes de la préfecture, ainsi que les zones comportant des dangers géologiques particuliers connues des professionnels de la montagne).

- Conditions d’accès en phase éruptive -

L’accès du public à l’enclos du Piton de la Fournaise est interdit durant la phase éruptive (alerte de niveau 1 et alerte de niveau 2). Cette interdiction d’accès concerne la partie haute de l’enclos, les grandes pentes et la partie basse de l’enclos à l’exception de la RN2.

Seuls les personnels affectés à certaines missions scientifiques, de secours et d’information des randonneurs, de balisage et de sécurisation peuvent désormais accéder à l’enclos durant les phases d’alerte de niveau 1 et 2. Les habilitations d’accès seront établies de façon permanente ou temporaire, en fonction des personnels concernés.

www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

1 Commentaire(s)

Mentalité d esclave, Posté
mettre la main au porte feuille serait donc une "mesure de sécurité"' assez prend do moun pou couillon. ahah et on a le culot de prétendre "rehabiliter" jacob '