"Le volcan est un milieu fragile" :

Piton de la Fournaise : le flanc Est du volcan glisse vers la mer


Publié / Actualisé
Une étude sur le Piton de la Fournaise vient d'être publiée dans la revue Nature Communication. Cette étude est basée sur 22 années de surveillance de notre emblématique volcan. L'Observatoire du Piton de la Fournaise révèle une structure de déstabilisation au Piton. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Une étude sur le Piton de la Fournaise vient d'être publiée dans la revue Nature Communication. Cette étude est basée sur 22 années de surveillance de notre emblématique volcan. L'Observatoire du Piton de la Fournaise révèle une structure de déstabilisation au Piton. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

Contactée, Aline Peltier, directrice de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise explique les fondements de cette étude. "Elle montre que la majorité des injections magmatiques vers la surface est guidée par une structure majeure en forme de cuillère, verticale au sommet et ouverte vers la mer."

Pour bien comprendre ce phénomène, la scientifique précise que "lorsque le magma s’injecte dans la partie verticale de la structure sous le sommet, il l’ouvre, mais lorsqu’il force son passage dans la partie horizontale, celle-ci coulisse en entraîne avec elle l’ensemble du flanc vers la mer". Un phénomène qui, précise-t-elle, "entraine un glissement du flanc est du volcan". Une situation déjà observée lors de l’éruption majeure de 2007 où le flanc est du volcan avait glissé de 1m40. Grâce à cette étude, "la présence d’une telle structure de glissement a pu être imagée", félicite Aline Peltier.

"La caractérisation de cette structure permet de rappeler que le volcan est un milieu fragile", note la directrice de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise. Pour savoir ce qu’il pourrait advenir, elle explique qu’à "l'échelle des temps géologiques (milliers d’années), des injections de magma répétées dans ce type de structure pourraient conduire à des séismes importants ou à des effondrements de flancs, comme cela c’est déjà produit par le passé, lors de la formation de l’Enclos Fouqué il y a 2500 à 4500 ans". Si un tel phénomène venait à arriver, la directrice de l'Observatoire le dit, "il y aurait des conséquences sur le littoral, car l'arrivée rapide de l'effondrement en mer pourrait générer un tsunami. Une étude de 2010, a simulé l'effet d'un tel effondrement, il pourrai générer une vague de 10 mètres sur le littoral réunionnais. Mais rassurons-nous, Aline Peltier le précise, "heureusement ce sont des phénomènes rares."

www.ipreunion.com/[email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !