Une phase pilote prévue à Saint Denis :

Une application et une mallette pédagogique pour lutter contre l'errance animale


Publié / Actualisé
Lancé en février 2017 par le préfet de La Réunion, le plan de lutte contre l'errance animale pourrait bientôt être appuyé par une initiative de scientifiques ayant longuement travaillé sur le sujet. Le but est d'élaborer différents outils innovants, dont une application et une mallette pédagogique afin de mettre en place des actions contre l'errance et la divagation des chiens (Photo rb/www.ipreunion.com)
Lancé en février 2017 par le préfet de La Réunion, le plan de lutte contre l'errance animale pourrait bientôt être appuyé par une initiative de scientifiques ayant longuement travaillé sur le sujet. Le but est d'élaborer différents outils innovants, dont une application et une mallette pédagogique afin de mettre en place des actions contre l'errance et la divagation des chiens (Photo rb/www.ipreunion.com)

"Avec 75.000 chiens errants et divagants à La Réunion, la lutte contre l'errance animale est loin d'être gagnée d'avance" commente Cécile Squarzoni Diaw, vétérinaire et épidémiologiste, spécialisée en systèmes de surveillance des maladies animales en zones tropicales

Selon cette scientifique, en plus d'apporter "des modèles d'estimation et de modélisation des facteurs d'impact pouvant réduire la population canine", l'objectif des experts est avant tout de favoriser "la coordination entre les acteurs". Un projet d'application a donc été lancé pour cela.  L'objectif est de "mettre en lien les associations et les particuliers ayant perdu leur chien et voulant le retrouver ainsi que les familles d'accueil en Métropole et les fourrières de La Réunion". Il s'agit de "mettre en relation tous les acteurs sur des objectifs communs" commente la vétérinaire. Sur la trentaine d'associations de défense animale implantées à La Réunion, une dizaine se sont déjà déclarées prêtes à participer au projet.

En plus de cette application innovante, une mallette pédagogique sera déployée par le rectorat dans les écoles, collèges et lycées, mais aussi dans le grand public, énumère Cécile Squarzoni Diaw. Cet outil a vocation à  "changer les pratiques, car il y a beaucoup d'abandons, de chiens divagants ainsi que de chiens non identifiés ni vaccinés à La Réunion". La vétérinaire ajoute que la mallette servira également à "sensibiliser la population réunionnaise sur la dangerosité de ce genre de pratique pour les animaux certes, mais également pour les citoyens".

Une phase test sur la commune de Saint-Denis

A noter que la commune de Saint-Denis est partenaire du projet. En plus d'aider à la diffusion de la mallette pédagogique elle pourra aussi "aider au développement de l'application en la testant en phase pilote sur le territoire de la commune"indique Cécile Squarzoni Diaw. 

Selon les chiffres de la Direction de l'agriculture et de la forêt, en plus des 300.000 animaux abandonnés (soit un animal abandonné pour trois habitants), l'île compte près de 12.000 euthanasies par an soit plus de 10% des euthanasies pratiquées sur le sol français. En plus de cela, des fourrières surchargées alors obligées de réduire leur temps de détention des animaux (4 jours pour un animal non identifié et 8 jours pour un animal identifié).

yb/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !