MENU

Une intersyndicale d'entreprises et de salariés créée :

Le BTP en kriz manifestera à Saint-Denis


Posté par
Les organisations patronales et salariales du Bâtiment et travaux publics (BTP) veulent défiler dans les rues de Saint-Denis le mardi 5 septembre 2017. Une conférence de presse officialisera la création de cette intersyndicale ce mardi 29 août à Sainte-Marie. Ses représentants évoquent la plus grave crise du secteur. (Photos de la manifestation du 10 septembre 2010).
Les organisations patronales et salariales du Bâtiment et travaux publics (BTP) veulent défiler dans les rues de Saint-Denis le mardi 5 septembre 2017. Une conférence de presse officialisera la création de cette intersyndicale ce mardi 29 août à Sainte-Marie. Ses représentants évoquent la plus grave crise du secteur. (Photos de la manifestation du 10 septembre 2010).


Une initiative annoncée par le JIR dans son édition du 25 août. On risque à nouveau d'entendre résonner les slogans de 2010, lors de la dernière grande manifestation. Avec 2 000 à 3 000 personnes rassemblées dans le chef-lieu à l'époque. "La situation est plus difficile qu’en 2010. Nous attendons 5 000 à 6 000 personnes le 5 septembre. Nous partirons du jardin de l’État pour une marche silencieuse jusqu’à la préfecture. Nous remettrons une motion au préfet, à la Région Réunion et conseil départemental. Le BTP est à l’agonie. Le chiffre d’affaires est passé de 2, 2 milliards en 2008 à 1,2 milliard", précise un source patronale.

Elle détaille les modalités de cette union entre chefs d’entreprises et salariés. "La FRBTP, la CAPEB, la CGTR BTP, d’autres syndicats, des architectes, des bureaux d’études, des paysagistes et des représentants d’une vingtaine de corps de métier vont officialiser cette intersyndicale mardi prochain (29 août : Ndlr) durant une conférence de presse. L’annonce devrait se faire dans une entreprise de Sainte-Marie pour présenter nos propositions de relance", lance un autre acteur de la branche.

- Mauvais chiffres -

Selon lui, cinq syndicats de salariés se joindront au défilé. Le rapprochement avec les dirigeants de société se déroulait il y a deux semaines. Différentes réunions se tenaient depuis. "La CGTR, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC participaient aux rencontres. FO nous a téléphonés pour nous soutenir", ajoute-t-il. Autre raison de passer à l’action : les mauvais chiffres de l'activité. 25 000 salariés et 4 000 entreprises en 2008 contre 17 000 salariés et 2 000 structures neuf ans plus tard.

Cette année, le nombre de logements sociaux construits s’élève à 800. Les professionnels en espéraient plus de 2 000. La baisse de la commande publique est aussi invoquée pour expliquer ces différents phénomènes. "Même si, idéologiquement, nous ne pensons pas la même chose entre patrons et salariés, nous nous retrouvons pour sauver la filière et le soldat BTP. Nous avons su mettre les égos de côté ", assure une source syndicale.

La dernière grève dans le BTP avait lieu en avril 2016. Six ans plus tôt, en 2010, on pouvait lire sur les banderoles : "BTP à terre" ou "Arrêtez le massacre". On risque fort de retrouver à nouveau ce type de slogans le 5 septembre à Saint-Denis durant ce défilé silencieux.

ts/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gilles, Posté
La Réunion est une ile donc pas extensible et on ne va pas la bétonner à tout va ! C'est aux patrons d'adapter leur outil de production à la demande, et pas le contraire ! Anticiper, gérer, prévoir...la base du boulot de patron