[LIVE-PHOTOS/VIDEO] Dernier jour de visite de la ministre de l'Outre-Mer :

Annick Girardin : "On doit permettre aux Réunionnais d'avoir accès à l'océan"


Publié / Actualisé
Cinquième et dernier jour de visite à La Réunion pour la ministre de l'outre-mer ce 8 octobre 2017. Après les contrats aidés, les Assises de l'outre-mer, l'environnement et le développement durable, c'est à la question de la crise requin que la ministre se confronte ce lundi matin.
Cinquième et dernier jour de visite à La Réunion pour la ministre de l'outre-mer ce 8 octobre 2017. Après les contrats aidés, les Assises de l'outre-mer, l'environnement et le développement durable, c'est à la question de la crise requin que la ministre se confronte ce lundi matin.

- Ce live est à présent terminé, merci d'avoir suivi l'actualité avec nous sur Imaz Press Réunion -

12h11 - "La Réserve Marine, c’est quelque chose que nous continuerons à soutenir. Mais on ne peut pas ne pas entendre les demandes de transparence ou de questionnement des élus. On ne peut pas ne pas écouter la demande de transparence des associations qui sont sur ce territoire. On ne peut pas ne pas entendre les questions que se posent les parents qui ont connu ce drame de perdre un enfant et d’avoir le droit d’avoir des réponses et de participer à la solution, ou aux solutions. Alors, on sera davantage transparent, on tiendra compte de l’avis des uns et des autres et en même temps, on fera évoluer la Réserve" assure la ministre. 

11h44 - "Ma première pensée va aux parents des victimes. Les solutions, pas la solution, on va les apporter tous ensemble. L'innovation doit être une des priorités. L’arrêté sera regardé. La pêche aux requins est autorisée. Aujourd’hui, c’est la commercialisation, elle sera regardée. Avant la fin de l’année. Avec l’œil d’une ultra-marine, d’une fille de marin, qui a vécu sur la mer et qui sait ce que c’est." indique la ministre. C'est la première fois qu'un représentant de l'État parle aussi clairement au sujet de la crise requin.

 

 

 

11h10 - La problématique requin est exposée à Annick Girardin. "Vous attendez depuis 2011 et il y a une omerta. Je me suis donnée une mission, et dans ces missions, il y a des réponses que l'on doit vous apporter. On doit permettre aux Réunionnais d'avoir accès à l'océan" assure la ministre de l'Outre-Mer. Les maîtres-nageurs sauveteurs évoquent également une frustration : eux qui ont été formés pour mettre à l'eau le public se retrouvent maintenant dans l'obligation de leur interdire l'accès à la mer.

 

 

 

 

10h40 - "J'ai juste fait wahou au centre de ce territoire ! Quand je suis rentrée hier soir, j'avais aussi envie de mettre les pieds dans l'eau et de nager très librement. Je comprends cette frustration. Si on me refuse l'accès à la mer, on me condamne à être prisonnière sur mon territoire. On apportera des réponses, je peux vous le confirmer" affirme Annick Girardin.

 

10h36 - La ministre échange avec les plongeurs du dispositif Vigie Requin ainsi qu'un surfeur ayant participé à la simulation au bord de l'eau. Elle remercie les membres de la mécanique et rappelle qu'en 2024, le surf sera aux Jeux Olympiques. Pour rappel, les surfeurs réunionnais ont toujours constitué une force importante aux rendez-vous sportifs nationaux et internationaux.

10h30 - Une simulation de déclenchement d'alerte au requin est présentée à la ministre.

 

10h23 - Sous une petite tente dressée sur la plage, Annick Girardin découvre le dispositif Vigie Requin renforcée. Pieds nus, elle demande des précisions et détails. Jumelles sur le nez, la ministre observe l'océan. 

10h09 - La ministre de l'Outre-Mer arrive sur la plage de l'Ermitage. Un cordon de sécurité a été mis en place sur la plage.

 

Avec un style qui lui est propre depuis le début de sa visite - et qui tranche avec les autres passages ministériels - Annick Girardin va directement à la rencontre des femmes en rose sur la plage. S'ensuit un échange calme et courtois. Elle leur promet notamment de revenir prendre un café avec elle.

 

09h54 - La ministre n'est pas encore arrivée au niveau de la Passe de l'Ermitage, où elle est attendue. Le collectif des femmes en rose est présent : plusieurs de ses membres, de rose vêtus, ont planté dans le sable une banderole proclamant "Stop au massacre". Elles s'étonnent de la mise en place du drapeau vert, alors que la baignade était interdite dans le secteur depuis quelques temps, faute à la présence d'un requin juvénile. Une table avec un petit déjeuner a été dressée.

 

Les élus municipaux Patrick Florès et Fabrice Marouvin sont également déjà sur place. La zone de baignade est délimitée par des bouées jaunes.

08h49 - Jean-François Nativel de l'association Océan Prévention Réunion (OPR) et Mylène Veminardi (Rend' a nou la mer) indiquent qu'ils ne seront pas reçus à la sous-préfecture de Saint-Paul, contrairement à d'autres collectifs.

Contactée ce lundi matin, Mylène Véminardi précise qu'ellearticipera au déploiement des vigies requins renforcées à Saint-Gilles-les-Bains : "Se mobiliser ce matin ? C’est un bien grand mot. J’ai prévu d’assister au déploiement des vigies pour dire bonjour à la ministre. Des membres de collectif et des surfeurs veulent aussi venir ce matin pour le déploiement des vigies requins. Dispositif qu’on ne remet pas en cause".

08h46 - La ministre rencontre les familles de victimes d'attaques de requins. Parmi les personnes reçues se trouve le père d'Elio Canestri. Le jeune gaçon a été tué par un squale en 2015.

 

- Pour rappel - 

Son programme a été affiné ce dimanche soir. Pour son dernier jour de visite, Annick Girardin rencontrera les familles de victimes des attaques de requin à Saint-Paul ce lundi matin, avant que ne lui soit présenté le dispositif vigie requin renforcé. Soit deux parties directement concernées par la "crise requin" et les récurrentes attaques qui touchent l'île depuis 2011.

Un cadre dans lequel se seraient bien vues les associations de prévention du risque requin, qui a, ce dimanche publié un courrier dans lequel les structures se sont dites "surprises" de ne pas avoir été invitées à rencontrer la ministre. Ces dernières évoquent "plusieurs annonces" de la part d'Annick Girardin, précisant "sa volonté de rencontrer "l’ensemble des acteurs" du risque requin, dont "les associations", avant de s’exprimer lundi 9 octobre 2017 sur ce sujet" écrivaient alors les associations.


Lire aussi : Les structures "surprises" de ne pas être invitées à rencontrer la ministre des outre-mer

 

Six associations cosignaient ce courrier, précisant rester "à la disposition de Madame la ministre si elle souhaite réellement et sincèrement se concerter avec l’ensemble des entités impliquées historiquement dans la réduction du risque d’attaque de requin à l’île de La Réunion, c’est-à-dire soucieuses du bien commun et de l’avenir de l’île de la Réunion toute entière".

Pour l'heure, seule une rencontre avec les maîtres-nageurs sauveteurs est actuellement prévue dans le programme officiel de la ministre, clôturant la partie consacrée à ce dossier.

Avant de repartir ce mardi 10 octobre, Annick Girardin participera à un atelier de travail sur la recherche et l'innovation agricole et sra présente lors de la commémoration du 20e anniversaire de la création du Peloton de haute montagne de La Réunion (PGHM). Enfin pour la ministre, cette journée de lundi s'achèvera avec les Journées nationales d’études de l’association nationale des élus du littoral.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !