[ACTUALISÉ] Le CRA révèle les circonstances de l'attaque mortelle du 9 mai :

Un requin bouledogue à l'origine de la mort de Kim Mahbouli


Publié / Actualisé
Quatre jours après l'attaque mortelle qui a coûté la vie à Kim Mahbouli, un jeune surfeur de 28 ans, jeudi 9 mai 2019, le Centre de ressources et d'appui pour la réduction du risque requin (CRA) a confirmé que le requin à l'origine du drame était bien un requin bouledogue. Si des similitudes ont été relevées entre les blessures du surfeur et le requin de 2,3 mètres prélevé samedi 11 mai 2019 entre le sport de la Tortue et la Gauche de Saint-Leu, le CRA n'est, pour l'instant, pas en mesure de confirmer qu'il s'agit bien du même requin.
Quatre jours après l'attaque mortelle qui a coûté la vie à Kim Mahbouli, un jeune surfeur de 28 ans, jeudi 9 mai 2019, le Centre de ressources et d'appui pour la réduction du risque requin (CRA) a confirmé que le requin à l'origine du drame était bien un requin bouledogue. Si des similitudes ont été relevées entre les blessures du surfeur et le requin de 2,3 mètres prélevé samedi 11 mai 2019 entre le sport de la Tortue et la Gauche de Saint-Leu, le CRA n'est, pour l'instant, pas en mesure de confirmer qu'il s'agit bien du même requin.

Dans l’après-midi, jusqu’à 6 personnes étaient présentes sur le spot de la gauche de Saint-Leu.Vers 16h30, ce 9 mai 2019, 4 personnes étaient à l’eau au moment de l’attaque : 3 surfeurs et 1 kayakiste. Juste avant l’attaque, la victime a été rejointe à l'endroit où se déroule la vague par un second surfeur, qui se trouvait à quelques mètres de distance. Les deux hommes étaient assis sur leurs planches et regardaient vers le large lorsque l’attaque s’est produite, sans signe avant-coureur.

Le surfeur attaqué, Kim Mahbouli, 28 ans, a été happé et maintenu au fond par un squale qui, en position verticale, battait de la queue en surface. Une fois remontée en surface, la victime a été prise en charge par le deuxième surfeur présent qui a nagé vers lui pour tenter de le ramener au bord. Alors  qu’ils nageaient en direction de la côte, une vague puissante a déferlé et séparé les deux hommes. 

La victime ayant perdu connaissance, elle a rapidement dérivé et a été emportée par un courant puissant vers le Nord. Les tentatives de récupération du corps par les surfeurs présents sur le site ont été vaines. Les services de secours ont été appelés vers 16h35. Le corps de la victime a pu être récupéré par la cellule nautique des pompiers avec l’appui d’un hélicoptère peu après.

Lire aussi : Saint-Leu : surfeur expérimenté, Kim a été tué par un requin

Lire aussi : Décès d'un surfeur après une attaque de requin, les réactions

Le requin prélevé peut correspondre à celui de l'attaque

Le requin pêché le 11 mai 2019 correspond à la description de l’animal potentiellement impliqué dans l’attaque et décrit dans le rapport d’expertise du médecin légiste après analyse du corps de la victime (requin bouledogue d’une taille de 2,50 mètres). Après dissection de l’animal, l’analyse de son contenu stomachal n’a rien révélé.

Les lésions constatées sur le corps sont compatibles avec la prédation par un requin bouledogue d’environ 2,5 mètres de longueur totale, conformément   aux données morphométriques et bibliographiques.

Lire aussi : Saint-Leu - Un requin bouledogue de 2,3 mètres prélevé cette nuit

Une houle puissante ce jour-là

Suite au passage d’un front de houle australe, la houle était croissante depuis 2 à 3 jours sur le site pour atteindre son maximum le 9 mai avec des vagues montant jusqu'à 3,6 mètres de haut. Le vent était fort sur la côte ouest au niveau de Saint-Leu. Le temps était sec et les ravines ne coulaient pas. D’après les témoins présents, la visibilité était plutôt bonne au niveau du "bowl", cette section correspondant au moment où la vague va se briser.

Au niveau du "peak", le point où début le déferlement de la vague et également dans ce cas, le lieu de l’attaque, l’eau était plus chargée en particules et la visibilité était plus réduite.

Le programme de pêche de prévention pas opérationnel

La victime pratiquait le surf au moment de l’attaque, hors ZONEX (zones d'expérimention). L’attaque a eu lieu à l’intérieur de la réserve nationale marine de La Réunion. Compte tenu des mauvaises conditions météorologiques présentes sur les côtes ouest de La Réunion (houle et vent fort), le programme de pêche de prévention n’a pas pu se déployer normalement sur le site de Saint-Leu lors des deux semaines précédant l’attaque.

Depuis le 24 avril, une seule opération de PAVAC (palangres verticales) a pu être réalisée dans la nuit du 2  au 3 mai sur le site. Pour rappel, une page web permet aux usagers de s’informer sur les opérations de pêche en temps réel. Sur cette carte, les usagers de la mer à La Réunion peuvent retrouver les positions et heures de déploiement des engins de pêche en temps réel ainsi que les captures ciblées (requins tigre et bouledogue) jusqu’à 5 jours après leur capture.

La sixème attaque à Saint-Leu depuis 1997

Depuis 1997, l’attaque du 9 mai 2019 correspond à la sixième attaque de requin sur la commune de Saint-Leu, avec l’historique suivant :

  • Le 3 janvier 1997, un chasseur sous-marin est attaqué à la Pointe au Sel (attaque fatale)
  • Le 5 aout 2012, un surfeur est attaqué au niveau du peak du spot de la gauche
  • Le 22 juillet 2014, un surfeur est attaqué sur le spot de la gauche
  • Le 22 juillet 2015, un surfeur est attaqué sur le spot de la gauche
  • Le 29 avril 2017, un bodyboarder est attaqué sur le spot de la Pointe au Sel (attaque fatale)

Lire aussi : Crise requins : 11 personnes tuées en 8 ans

La dernière observation d’un requin à proximité du site remonte au 24 mars 2019, au niveau du spot de la tortue en face de Kélonia. En tout, 4 observations de requins ont été remontées en 2019 au CRA ou au CROSS Réunion, dont une concernant un requin d’une taille d’environ 2 mètres, observé dans le lagon de Saint-Leu le 22 mars 2019.

   

3 Commentaire(s)

PE, Posté
Et pourquoi ne pas simplement demander un avis du conseil constitutionnel pour qu'ils se prononcent sur l'arrêté préfectoral interdisant l'accès à la mer pour tous.
Cet arrêté allant contre les principes de la constitution : principes de liberté et d'égalité de tous les citoyens.
Ou est cette égalité de liberté pour cette région de la Réunion par rapport à toutes les autres régions de France?
Ou est cette égalité de traitement des citoyen pour cette région de la Réunion par rapport à toutes les autres régions de France?
Que ce soit pour les baigneurs, planchistes, surfeurs, apnéistes, etc. Nous sommes tous concerné par ce principe de la Constitution Française.
Monsieur Fabius saura traiter ce dossier qui demande une neutralité la plus ferme possible.
la question est simple mais n'en demeure pas complexe à répondre.
Bien à vous.
Apnée 974, Posté
Bravo le CRA ! 20 fonctionnaires grassement payés pour révéler le scoop de l'année: Un surfeur a été attaqué par un requin alors que les conditions météo étaient mauvaises... C'est bien ça avance votre "crise requin"!
Tof, Posté
le site que vous mentionnez , info-requins, n'est pas mis a jour.regardez le fil actualité !!il serait bien aussi d'avoir un rapport sur les prises de chaque palangre.en différenciant les dispositifs réguliers des dispositifs post attaque.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)