Le recours a été rejeté :

Rachat de Vindémia : l'enseigne E.Leclerc réagit à la décision du Conseil d'Etat


Publié / Actualisé
Dans un communiqué de presse, l'enseigne E. Leclerc prend acte de la décision du Conseil d'Etat de rejeté le recours déposé contre le rachat de Vindémia par le groupe Bernard Hayot. ""Le Conseil d'Etat a rendu une première partie de sa décision, il est également saisi de recours au fond concernant cette opération, rien n'est donc terminé. C'est notre volonté de construire un projet économique pluriel et diversifié où chacun trouve sa place à La Réunion qui nous a poussés à prendre nos responsabilités" précise l'enseigne.
Dans un communiqué de presse, l'enseigne E. Leclerc prend acte de la décision du Conseil d'Etat de rejeté le recours déposé contre le rachat de Vindémia par le groupe Bernard Hayot. ""Le Conseil d'Etat a rendu une première partie de sa décision, il est également saisi de recours au fond concernant cette opération, rien n'est donc terminé. C'est notre volonté de construire un projet économique pluriel et diversifié où chacun trouve sa place à La Réunion qui nous a poussés à prendre nos responsabilités" précise l'enseigne.

"Il n'est pas possible que l'île de La Réunion soit économiquement dominée par un seul Groupe. Tous les représentants réunionnais, les associations de citoyens, les acteurs économiques, l'ont fait savoir. Il appartiendra au Conseil d'Etat de se prononcer sur la légalité de la décision rendue par l’Autorité" continue le communiqué.

"Notre préoccupation est le pouvoir d'achat des réunionnais et la réduction de l'écart de prix avec la métropole. Telle est notre mission, et nous travaillons chaque jour en ce sens, tournés vers ce qui arrive et les défis auxquels nous allons être confrontés" conclut l'enseigne.

Pour rappel, ce mercredi 17 juin, le Conseil d'Etat a rejeté le recours déposé contre le Groupe Bernard Hayot (GBH) dans le rachat de l'entreprise Vindémia, gestionnaire des magasins Jumbo Score. Son rachat avait été validé par l'Autorité à la concurrence le 26 mai dernier. Le 1er juin, les géants de la grande distribution réunionnaises avait déposé un recours pour empêcher la vente, et ainsi suspendre la décision de l'Autorité à la concurrence.

   

4 Commentaire(s)

Diziz, Posté
@7AC, comment un groupe qui n'a que 3 Hypers en 32 ans de présence contre un groupe qui a près de 20 points de ventes en 10 ans peut il avoir de l'emprise sur le secteur de la grande distribution? Vous ne faites que répéter ce que disent les personnes se disant expert de la grande distribution mais qui n'ont eu aucun pour étayer leurs affirmations.
Sapoties, Posté
L'Autorité de la Concurrence se définit elle-même comme suit: "Elle veille au libre jeu de la concurrence, en sanctionnant les pratiques anticoncurrentielles".
Eh ben, qu'est-ce que ce serait si elle ne faisait rien??... Ah oui, ça me revient... ce serait pareil ?.
Encore des gens payés par nos impôts POUR NE RIEN FAIRE !!
KUNTA KINTé, Posté
Bof ça n'empêche quiconque de dormir .

Le soleil brille pour tout le monde à la REUNION

A ses habitudes pour aller faire ses courses sauf GBH

Mes amis , retenez bien ceci .
Il n'y a ni mauvais herbes , ni mauvais hommes
Il n'y a que de mauvais cultivateurs
Victor Hugo
7AC, Posté
Comme une pieuvre ce groupe prend tous les secteurs économiques dans les DOM. A laisser faire, un de ces quatre, c'est même la Métropole qui va se faire envahir par GBH. Trop simple quand on a autant d'emprise sur autant de secteurs économiques, de faire la pluie et le beau temps. Comme par exemple étouffer toute la concurrence, quitte à faire du dumping, le temps qu'elle disparaisse.
Au final, ce sont les consommateurs et les producteurs qui paieront.