Soupçons de prise illégale d'intérêts :

Jean-Paul Virapoullé relaxé dans l'affaire du terrain Moutien


Publié / Actualisé
Jugé le 3 juillet dernier dans une affaire de soupçons de prise illégale d'intérêts, l'ancien maire de Saint-André Jean-Paul Virapoullé a été relaxé ce vendredi 28 août. L'affaire concernait le terrain Moutien, Jean-Paul Virapoullé était accusé d'avoir acquis, avec les fonds communaux, une maison appartenant à sa cousine, au-dessus du prix réel de la propriété. 1,4 millions d'euros avait été déboursés. Aucun appel ne sera fait du côté de la partie civile. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Jugé le 3 juillet dernier dans une affaire de soupçons de prise illégale d'intérêts, l'ancien maire de Saint-André Jean-Paul Virapoullé a été relaxé ce vendredi 28 août. L'affaire concernait le terrain Moutien, Jean-Paul Virapoullé était accusé d'avoir acquis, avec les fonds communaux, une maison appartenant à sa cousine, au-dessus du prix réel de la propriété. 1,4 millions d'euros avait été déboursés. Aucun appel ne sera fait du côté de la partie civile. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

En février dernier, Jean-Paul Virapoullé, alors encore maire de Saint-André, avait été renvoyé devant le Tribunal correctionnel de Saint-Denis. Date du procès : le 3 avril. Accusé de prise illégale d'intérêts, il risquait alors jusqu'à cinq ans de prison et 500.000 euros d'amende.

En raison de la crise sanitaire et du confinement, le procès avait finalement été repoussé, tout comme celui de Nassimah Dindar, prévu à la même date. Les procès en question avaient été "repoussés à une date ultériure".

C'est finalement le 3 juillet que l'affaire a été jugée, alors que le procès de Nassimah Dindar, lui a été renvoyé au 5 mars 2021. Le verdict a été rendu ce vendredi matin et Jean-Paul Virapoullé a donc été relaxé.

- Affaire du terrain Moutien -

Pour rappel, c'est Joe Bédier, à l'époque conseiller municipal de l'opposition à Saint-André et aujourd'hui maire de la commune, qui est à l'origine du signalement auprès du procureur de l’acquisition par la commune de la maison Moutien-Canabady-Virapoullé. Il avait indiqué avoir "souhaité défendre avant tout les intérêts des Saint-Andréens"

L'ancien maire de Saint-André était accusé d'avoir acquis, avec les fonds communaux, une maison appartenant à sa cousine, au-dessus du prix réel de la propriété. 1,4 millions d'euros avait été déboursés.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

John, Posté
UN AVOCAT PAYÉ PAR LA POPULATION RÉUNIONNAISE NORMAL VIVE LA FRANCE
SOMANKE, Posté
La relaxe était évidente (degré de parenté avec les vendeurs, procédure suivie régulière, intérêt patrimonial de la collectivité). Comment expliquer que le parquet (qui décide de l'opportunité de la poursuite) puisse ignorer la loi pour suivre (sans doute) ses pulsions ou celles de la Â" vox populi Â".
Où est la Â" sécurité judiciaire Â"?
Heureusement, force reste à la loi
Missouk, Posté
Il s'en sort plutôt bien non ? Justice des pauvres et justice des riches...