Autre élection, autres enjeux :

Après les municipales, place à la présidence des intercommunalités


Publié / Actualisé
Les noms des 24 nouveaux maires désormais connus, les regards se tournent désormais vers les conseillers communautaires qui devront élire leur président et leurs vice-présidents avant la fin du mois de juillet. Compte tenu de leurs compétences, ces collectivités attirent énormément de convoitise, promettant ainsi d'âpres discussions en vue de composer la majorité qui remportera la présidence (Photo rb/www.ipeunion.com)
Les noms des 24 nouveaux maires désormais connus, les regards se tournent désormais vers les conseillers communautaires qui devront élire leur président et leurs vice-présidents avant la fin du mois de juillet. Compte tenu de leurs compétences, ces collectivités attirent énormément de convoitise, promettant ainsi d'âpres discussions en vue de composer la majorité qui remportera la présidence (Photo rb/www.ipeunion.com)

Cinor : Didier Robert espère redorer un blason (bien) terni

Le scénario à la Cinor devrait tenir en haleine les observateurs de la vie politique jusqu’au bout. Comme évoqué à plusieurs reprises, Didier Robert lorgnerait sur la Cinor. Sa défaite face à Ericka Bareigts ne fait que confirmer cette posture qui lui permettrait de mettre la main sur une collectivité extrêmement puissante. Cela pourrait l'assurer d'un matelas confortable en cas de défaite aux régionales de 2021. En cas de victoire, il renforcerait sa puissance sur cette zone de l’île, tenant à la fois les cordons de la bourse de l’intercommunalité et de la Région.

C’est dire que les négociations seront âpres pour la présidence de cette collectivité, d’autant plus au regard de la composition de la future intercommunalité.  En effet, cette dernière compte 64 élus, la moitié de Saint-Denis, et le reste partagé entre Sainte-Marie (19) et Sainte-Suzanne (13). Si mathématiquement, les conseillers communautaires de gauche sont majoritaires au sein de ce territoire, la réalité est toute autre.

En effet, Maurice Gironcel, le maire communiste de Sainte-Suzanne, ne cache pas sa proximité avec le président de Région. tout comme Daniel Alamelou qui est d’ailleurs salarié au sein de la collectivité régionale. A eux deux, ils comptent 11 conseillers communautaires. Si on ajoute les voix de Richard Nirlo et de l’opposition dionysienne, le patron d’Objectif Réunion devrait pouvoir compter 32 voix en vue de la présidence de la Cinor.

En face, on peut supposer que Gérald Maillot tentera de convaincre Ericka Bareigts et Alexandre Laï Kane Cheong de le soutenir. En effet, défait à Sainte-Marie, le président sortant de la Cinor ne cache pas sa volonté de garder la main sur son interco. En faisant le plein de voix, il pourrait lui aussi compter sur 32  voix, soit une stricte égalité avec Didier Robert.

Bien évidemment, tout cela n’est valable que sur le papier puisque plusieurs interrogations demeurent. Gérald Maillot sera-t-il le seul candidat à essayer d’obtenir le soutien de Saint-Denis ? Ibrahim Dindar peut figurer également parmi les prétendants à cette présidence. Une éventuelle division du centre et de la gauche en vue de cette élection pourrait profiter à Didier Robert qui n’aurait alors que peu de difficultés à se faire élire.

Du côté du président de Région, difficile d’avancer s’il pourra compter sur toutes les voix de Maurice Gironcel. En effet, le maire communiste demeure à la tête d’une majorité de gauche. Pas sûr que l’ensemble des conseillers communautaires suivent cette démarche de soutien en faveur de Didier Robert. D’ailleurs, Maurice Gironcel pourrait même être tenté de se présenter pour la présidence. Les précédents mandats peuvent en effet laisser un sentiment d’abandon pour Sainte-Suzanne, que le maire réélu pourrait vouloir corriger en prenant la présidence de l’interco.

Ces élections l’ont montré, arithmétiques et mathématiques ne riment pas toujours. Des surprises sont en tout cas à prévoir, y compris une présidence qui reviendrait d'office à Gilert Annettee... La loi prévoit en effet qu'en cas d'égalié parfaite des suffrages entre des candidats et d'absence d'accord entre eux, le doyen d'âge de l'assemblée soit élu président. En l'occurence il s'agit l'ancien maire de Saint-Denis, âgé de 74 ans.

Cirest : vers un basculement à gauche

S’il était difficile, il y a quelques jours, de prévoir la couleur politique de la future intercommunalité, les choses se sont un peu décantées à l’issue de cette soirée électorale du 28 juin.

Lire aussi : Municipales riment aussi avec intercommunales

Premier enseignement, il y aura un profond renouvellement de l’intercommunalité compte tenu des forces en présence. La Cirest est en effet un des territoires ayant enregistré un renouvellement profond dans ses communes. Hormis Michel Vergoz qui est réélu  à Sainte-Rose, toutes les équipes municipales sont de nouvelles majorités.

Le second enseignement, c’est celui d’un basculement très probable de la Cirest à gauche. En effet, les victoires de Joé Bédier, dont la liste comptera 17 conseillers communautaires, et de Patrice Selly, dont la liste comptera 11 conseillers communautaires, sont décisives en vue de la composition de la nouvelle majorité au sein de l’intercommunalité. Malgré les voix de Bras-Panon (5), de la Plaine des Palmistes (2), des oppositions de Saint-André (5) et de Saint-Benoît (4), la droite ne peut pas espérer maintenir la Cirest dans son giron, ouvrant ainsi une nouvelle ère pour l’intercommunalité qui devrait être présidée par l'un des deux nouveaux hommes forts de l’est.

TCO : pari perdant pour Sinimalé

Joseph Sinimalé voulait sauver sa campagne en prenant la présidence du TCO. C’est clairement un échec. En effet, avec la défaite d’Alain Bénard à Saint-Paul, le TCO devrait revenir dans le giron de la gauche. Même si on additionne les voix de Saint-Leu (10) et de l’opposition saint-pauloise (6), la droite est incapable de refaire son retard sur les voix de gauche au sein du territoire. Huguette Bello pèse à elle seule 26 voix pour Saint-Paul. S’ajoutent celles d’Olivier Hoarau (10), de Vanessa Miranville (8) et de Philippe Robert (2), de quoi conforter très largement la gauche au TCO dont la présidence devrait revenir, en toute logique, à Huguette Bello.

Civis – Casud : deux maires pour une présidence

Comme indiqué précédemment, cette mandature devrait voir très prochainement la fusion entre la Civis et la Casud. C’est en tout cas le souhait des deux hommes forts du sud, Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, et André Thien Ah Koon, maire du Tampon qui devraient présider les deux intercos jusqu’à la fusion.

Compte tenu de l’entente entre les deux hommes, cette fusion ne devrait pas faire trop de vague même si devrait se poser la question de la présidence de cette dernière. Logiquement, le patron des Républicains qui entretient de bonnes relations avec l’ensemble des maires élus du territoire devrait être en mesure de réunir une majorité de voix en sa faveur. A moins qu’il ne décide d’offrir le Grand Sud à André Thien Ah Koon en échange d’un soutien en vue des régionales.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Mots clés :

    5 Commentaire(s)

    Clack Hanoo, Posté
    Curieux cet article qui émet des suppositions et qui prète des intentions à des personnes qui ne se sont pas encore exprimées sur la question! ... et des nervis de service démarrent au quart de tour!
    Le malabar, depuis son mobile, Posté
    J'espère juste que monsieur gironcel sera plus intelligent pour ne pas tombé dans ce kaloubadia pour donné la présidence de cette collectivité à cet homme (Didier Robert di le king) ça serait de trahir la plupart de la
    population réunionnaise à St Marie c'est différent puisque c'est toujours monsieur Lagourgue qui est au commande le pauvre monsieur Nirlo je l'impression qu'il va payé tout les fautes commis par c'est soi-disant amis politiques
    Josiane, Posté
    Robert n'aura PAS la cinor poir place les tamponnais, sa "dir com", sa famille, son neveu, chauffeur , cousin, cousine..... élus soyez vigilants , la cinor sera au tamponnais si vous lui donnez la clé. Prévoir frais de bouche, carte essence, coquetelles, voyages 1ere classe, voiture de fonction à tout va, frais de mission, budget fonctionnement va exploser et la cinor sera en ruine
    Didier, Posté
    Didier robert est un alimentaire qui n'a jamais levé grand matin pour travailler . Il ne vit que sur des postes politiques avec gratuités partout. Les élus le sanctionneront pour son immobilisme à la region ! Croyez moi surprise n'aura déjà par mon vote à moi ! Sainte Suzanne ne sera pas à ð?'¯ % avec cet homme .
    KUNTA KINTé, Posté
    J'ai un rêve : La cohabitation

    Ce monsieur Didier Robert a une étoile qui brille du feu de Dieu, pour la bataille de la
    présidence de la Cinor où les conseillers communautaires, qui représentent les communes au
    sein des communautés d'agglomération, sont élus directement par les électeurs en même
    temps que les conseillers municipaux.

    Aussi ce sont Sainte-Marie et Sainte-Suzanne qui détiennent la clé de ce scrutin.
    La ville de Sainte Marie est à droite et Richard Nirlo a ses chances pour le 2 nd tour.
    À Sainte-Suzanne, le sortant (PCR) est en passe d'être réélu et est assez proche du président de Région (Droite).

    Toujours sur Sainte-Suzanne, Monsieur Alexandre Laï Kane Cheong jouera sa carte pour
    exister. Une seule voix, la sienne, suffit pour constituer la future majorité (le plus petit
    dénominateur commun, en politique). De plus c'est le meilleur moyen pour lui de donner de
    la force à son parti Croire et Oser en vue de futurs scrutins.

    Monsieur Daniel ALAMELOU aura un nombre de sièges pour négocier (opposant à Sainte
    Suzanne) et est proche du président de Région.



    Le préfet a donc compétence liée pour fixer l'effectif du conseil communautaire et la
    répartition des sièges entre les différentes communes pour cet EPCI (établissement public de
    coopération intercommunale).

    La sueur est très forte dans le couple bizarre Ericka Bareigts â?" Gilbert Marie Raymond
    Annette, 2 socialistes un jour, 2 socialistes toujours dont les villes de Sainte-Marie et Sainte-Suzanne offraient sur un plateau le nouveau président de la Cinor, monsieur Didier Robert.

    Nombre de sièges actuels pour Sainte Marie 16, nombre de sièges fixé par l'arrêté : 19.

    Nombre de sièges actuels pour Sainte Suzanne 13, nombre de sièges fixé par l'arrêté : 13.

    Nombre de sièges actuels pour Saint Denis 28, nombre de sièges fixé par l'arrêté : 32.
    Un scénario qui bougera les lignes : 10 + 12 + 1 et Saint Denis 11 = 34 + 1 ?

    Le nombre total de sièges à la Cinor est de 64 conseillers communautaires lors de l'assemblée d'installation du président et des vice-présidents â?|

    Flute, I have a dream â?|

    Un actif â?oeFront populaire?

    Par contre pas sûr au dernière nouvelle que ce soit ce personnage ...

    Mais Michel LAGOURGUE , un homme juste et déjà une expérience dans l'opposition .