Ils sont en grève depuis jeudi (actualisé) :

Les dockers de la Sermat réclament un plan de formation


Publié / Actualisé
Depuis le jeudi 21 janvier 2021, les dockers de la Sermat, service commun de maintenance des matériels des entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM, ont cessé le travail. En effet, ils réclament à leurs employeurs un plan de formation, alors que des nouveaux cavaliers (engins de déchargement) devraient être réceptionnés cette année. Un engin qui nécessite une formation spécifique, qui n'a toujours pas été délivrée d'après les employés (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Depuis le jeudi 21 janvier 2021, les dockers de la Sermat, service commun de maintenance des matériels des entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM, ont cessé le travail. En effet, ils réclament à leurs employeurs un plan de formation, alors que des nouveaux cavaliers (engins de déchargement) devraient être réceptionnés cette année. Un engin qui nécessite une formation spécifique, qui n'a toujours pas été délivrée d'après les employés (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Cela fait déjà quatre ans que cette formation aurait dû être effectuée !" s'exclame Miguel Thiong-Soui Ho, délégué syndical de la CGTR Ports et docks pour la Sermat. Les employés sont donc en grève depuis jeudi, et demandent une rencontre avec les dirigeants. "Pour l'instant, nous n'avons eu aucune nouvelle" affirme le délégué syndical.

Ce lundi soir, les sociétés SAMR, SOMACOM et SGM, ont annoncé dans un communiqué commun qu'un protocole de fin de conflit avait été proposé aux grévistes. "Ils nous l'ont présenté déjà signé, sans consultation. Quand on veut négocier une fin de conflit, il vaut peut-être mieux discuter avec les concernés" raille Miguel Thiong-Soui Ho.

La Sermat étant en charge de la maintenance des équipements, le syndicaliste assure qu'aucune perturbation n'est causée par cette grève. "Ce week-end, les containers ont été déchargés et stockés normalement, il n'y a pas de raison que ça ne continue pas" conclut-il. Dans l'attente d'une rencontre avec la direction, le syndicat compte bien rester en grève.

Le communiqué des entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM :

"Le personnel de la SERMAT, service commun de maintenance des matériels des entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM, n’a pas repris le travail malgré les efforts constants de la direction pour maintenir le dialogue social. Le blocage de l’avitaillement en carburant et en réparations techniques des engins a provoqué les arrêts successifs de tous les chariots-cavaliers depuis le 21 janvier dernier. De fait, aucun navire et aucune livraison ou réception de conteneurs n’est possible depuis le début du conflit.

Les compagnies maritimes déroutent en ce moment même leurs navires vers les ports de la zone. Malgré les propositions de sortie de crise, les entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM ne peuvent que constater l’impossibilité présente de discuter sérieusement et sont inquiètes de voir le conflit perdurer alors que cette crise affecte l’ensemble des secteurs économiques de La Réunion.

D’ores et déjà, le GIE SERMAT a demandé une réunion de la Commission de Conciliation, instance placée sous l’égide de la DIECCTE. Une nouvelle proposition détaillée a été présentée ce jour aux salariés, répondant aux demandes de formation formulées par les partenaires sociaux dans la presse locale. Les associés de SERMAT espèrent que ce nouvel engagement permettra de sortir d’un conflit qui pénalise l’ensemble de l’économie réunionnaise."

as/www.ipreunion.com  / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !