Elections :

Régionales 2021 : la gauche acte sa division


Publié / Actualisé
La gauche sera bien désunie aux élections régionales des 13 et 21 juin 2021. En effet, Huguette Bello et Ericka Bareigts ont décidé de présenter leurs listes respectives pour ce scrutin, lors d'une énième réunion du rassemblement organisée à Saint-André ce jeudi 18 février 2021. Avec la maire de Saint-Paul, la maire de Saint-Denis, Olivier Hoarau, maire du Port, qui ne lâche rien, les écologistes qui feront liste à part, Patrick Lebreton qui laisse planer le doute sur sa candidature, et Vanessa Miranville, maire de la Possession, qui est la seule candidate officielle pour l'instant, la gauche part plus que jamais divisée dans ce scrutin (Phot : rb/www.ipreunion,.com)
La gauche sera bien désunie aux élections régionales des 13 et 21 juin 2021. En effet, Huguette Bello et Ericka Bareigts ont décidé de présenter leurs listes respectives pour ce scrutin, lors d'une énième réunion du rassemblement organisée à Saint-André ce jeudi 18 février 2021. Avec la maire de Saint-Paul, la maire de Saint-Denis, Olivier Hoarau, maire du Port, qui ne lâche rien, les écologistes qui feront liste à part, Patrick Lebreton qui laisse planer le doute sur sa candidature, et Vanessa Miranville, maire de la Possession, qui est la seule candidate officielle pour l'instant, la gauche part plus que jamais divisée dans ce scrutin (Phot : rb/www.ipreunion,.com)

• Bello – Bareigts : l’union, c’est non

Les pourparlers auront donc duré plusieurs mois pour tenter de composer une liste d’union de la gauche entre Huguette Bello et Ericka Bareigts. Force est de constater qu’au lieu de se rapprocher, les deux femmes se sont éloignées au fil des réunions.Ce jeudi 18 février la présentation de deux listes distinctes a, de fait, été actée.

"On s’est arrêté sur le fait qu’on ne pouvait pas s’entendre au 1er tour", explique une source proche du rassemblement de la gauche.  Mais les deux parties semblent s’être quittées en bons termes, toujours selon cette source. "Elles ont passé une forme d’accord selon laquelle chacune fera campagne sur son projet, sans attaquer l’autre. Cela, pour préserver au maximum les chances d’union au second tour".

Cette configuration semblait acquise depuis quelques semaines, les deux femmes envoyant clairement des signaux concernant leurs velléités de se lancer dans la bataille des régionales. Ericka Bareigts a d’ailleurs récemment affirmé "se tenir prête" en vue de la conquête de la pyramide inversée. Huguette Bello, quant à elle, devrait officialiser sa candidature dans les prochains jours.

Cette situation ne semble pas être la panacée pour certains. "J’espère qu’on ne se trompe pas de stratégie et qu’on ne permettra pas la réélection de Didier Robert", confie un membre de (l'ex) rassemblement de la gauche.

Effectivement, les récentes élections ont montré que la division, suivie de retrouvailles au second tour, étaient souvent sanctionnées par les électeurs qui ont ras le bol des combines politiciennes. A voir si cette stratégie sera payante.

• Olivier Hoarau ne renonce pas

On aurait pu le croire abattu après sa récente mise en examen pour des faits supposés de corruption au Port, qui porte sur l'extension du Cap Sacré Coeur. Il n’en est rien.

Selon plusieurs sources, le maire du Port a été courtisé par Ericka Bareigts et Huguette Bello pour rejoindre leur liste respective en vue des régionales. Ce dernier aurait décliné les propositions, envisageant toujours de présenter sa propre liste à ce scrutin.

• Sollicité Patrick Lebreton laisse planer le doute

Le sud va forcément compter lors des ces élections régionales. Et pour la gauche, cela passe par un ralliement de Patrick Lebreton. Le maire de Saint-Joseph, qui ne cache pas ses velléités en vue des régionales, est ainsi particulièrement sollicité par les maires de Saint-Paul et de Saint-Denis qui souhaitent l’intégrer à leur liste.

Ericka Bareigts aurait ainsi rencontré Patrick Lebreton à plusieurs reprises, tout comme Huguette Bello. Dernière rencontre en date, un déjeuner entre la maire de Saint-Paul et le maire de Saint-Joseph dans un hôtel de l’ouest, ce jeudi 18 février. Il a très certainement été question des régionales, mais aussi des départementales où Patrick Lebreton a également fait acte de candidature.

Pour l’heure, Patrick Lebreton laisse planer le doute sur une éventuelle candidature aux régionales ou un ralliement à l’un ou l’autre camp.

• Vanessa Miranville poursuit sa campagne, les écologistes dans les starting block

Vanessa Miranville, avec son mouvement CREA (Citoyen de La Réunion en action), poursuit quant à elle ses consultations citoyennes en vue d’établir son programme et de créer sa liste en vue des régionales. Alors que le "rassemblement de la gauche" actait son divorce ce jeudi, elle présentait quant à elle sa "méthode" et les grandes lignes de son programme pour la Région : les ressources et l’énergie, l’aménagement écologique et vertueux, la formation initiale et continue, l’épanouissement, le développement économique, et enfin la responsabilité sociale, citoyenne et la gouvernance.

Toujours dans le camp écologiste, à noter que les Verts se préparent également aux régionales, ayant fait part de leur volonté de faire liste à part, voulant peut être surfer sur la vague écologiste qui  a connu un succès notable en Métropole lors des municipales.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Flasch, Posté
le but c'est l'unions d'une gauche pauvre sans gauchistes.
ANIN, Posté
Et dire qu'on n'arrêtait pas de nous dire que les femmes en politique allaient être différentes....courir derrière des mandats...vieille habitude qui continue...les deux femmes en question viennent d'être élues à la tête de leurs mairies : quel respect pour l'électorat de leurs communes respectives...faut leur envoyer un message clair : occupez-vous de vos communes et arrêtez de courir derrière les mandats...
CAJAOP, Posté
Avec des élections à un tour, les choses seraient différentes !!!
Jean Philippe Desby (NSR), Posté
La tactique et/ou la stratégie des partis politiques locaux (optionvariante : mot (maux?) très circonstanciel et contingenté => les consignes/directives/recommandations de Paris (avec aujourd'hui LREM aux manettes !) est une chose, le choix/le comportement/l'intéressement/l'opinion/ l'adhésion/l'envie du jour du vote ou pas..., etc. en est une toute autre...Ce qui en revanche plus probable, plus sÃ"r, plus palpable, tangible, c'est que le "camp" (clan??) le plus divisé au premier tour a beaucoup moins de chance de peser, d'influer, de marquer des points en huit petits jours (lors du 2nd tour), d'autant que les 25% de prime en siège (11 sur 45) ne correspondent pas au poids du suffrage exprimé !?­Dans tout ça, on ne connaît, on ne devine pas trop le visage de la Réunion dans 15 ou 20 ans... On a jusqu'à présent le scénario au fil de l'eau !Et, il est vrai qu'une plateforme, un programme commun, une vision partagée, acceptée, reconnue, comprise, ne se décrète pas, ne sécrète pas "la veille" d'une échéance électorale...Il faut apprendre à se connaître pour travailler ensemble et le plus important rester ensemble au moins pour les 20 ans à venir : en se concentrant, se consacrant pleinement d'une manière soutenue tous les jours (temps, argent, énergie, cibles, objectifs à atteindre !).
Ste suzanne, Posté
Au premier tour elles partiront divisé mais aux second elles lecheront le derrière des autres pour arrivée à leur fin pour remplir leur poches déjà remplie
Aab, Posté
Ne vous inquiétez pas elles sont ensemble au second tour
Missouk, Posté
Avec Miranville, ça fait trois candidats plutÃ't estampillés à gauche. Si Robert se présente seul en face, il va gagner... Après la peau de banane à VERGES qui a fait élire ROBERT, la gauche remet le couvert!