Radié des listes électorales :

Elections à la chambre de commerce et d'industrie : Bruno Cohen mis hors-jeu


Publié / Actualisé
Les élections à la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion, prévues du 4 au 17 mai prochains, ne manquent décidément pas de rebondissements. Dernier en date, Bruno Cohen, chef de file de la liste " Union Péï " qui avait fait alliance avec Myriam Boulay, a été radié de la liste électorale, selon les informations du Quotidien. Une perte de poids pour la liste " Batissons La Réunion de demain " puisque le patron de la société SFER, spécialisée dans le photovoltaïque, pouvait ainsi garantir 1800 voix en faveur de sa liste. Bruno Cohen devrait déposer un recours en référé visant à réintégrer ses sociétés.
Les élections à la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion, prévues du 4 au 17 mai prochains, ne manquent décidément pas de rebondissements. Dernier en date, Bruno Cohen, chef de file de la liste " Union Péï " qui avait fait alliance avec Myriam Boulay, a été radié de la liste électorale, selon les informations du Quotidien. Une perte de poids pour la liste " Batissons La Réunion de demain " puisque le patron de la société SFER, spécialisée dans le photovoltaïque, pouvait ainsi garantir 1800 voix en faveur de sa liste. Bruno Cohen devrait déposer un recours en référé visant à réintégrer ses sociétés.

Selon le Quotidien, ce coup de théâtre trouve son origine dans une condamnation à 15 ans d’interdiction de gérer avec exécution provisoire prononcée fin 2018 par le tribunal de commerce de Paris à l’encontre du patron de SFER.

Cette exécution provisoire avait été partiellement levée en 2019, en attendant la décision de la Cour d’Appel, ce qui lui avait permis de se présenter aux élections de 2021 et de faire carton plein dans le collège " Industrie " avec 7 élus y siégeant, notamment grâce aux 900 SNC (société en nom collectif) qu’il possède, au titre des 900 centrales photovoltaïques en service, qui lui avaient permis de récolter 1800 voix.

Or, selon le Quotidien, Bruno Cohen aurait " pris soin de nommer son père comme gérant des SNC et d’adresser une copie des procès-verbaux d’assemblée générale à la commission d’établissement des listes électorales. Cela n’a visiblement pas été pris en compte puisque le père du patron de SFER ne figure pas, lui non plus, sur la liste des électeurs ".

Conséquence, Bruno Cohen est mis hors-jeu du processus électoral alors que l’ouverture du dépôt de listes est prévue le 5 avril prochain pour se clôturer le 7 avril à midi. Un délai très contraint durant lequel Bruno Cohen devrait déposer un référé visant à réintégrer ses sociétés dans liste électorale.

Du côté de la tête de liste Myriam Boulay, qui doit déposer sa liste le 5 avril prochain, elle semble résignée à aller au combat sans Bruno Cohen et ses 1 800 voix qui devaient peser fortement dans la balance.

www.ipreunion.com/ [email protected]

 


 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !