[PHOTOS-VIDÉOS] Il sera sur l'île en fin de semaine prochaine :

Vendée Globe : Kevin Escoffier récupéré par le Nivôse et en route pour La Réunion


Publié / Actualisé
Le skipper et participant au Vendée Globe Kevin Escoffier, dont le bateau a chaviré lundi 30 novembre 2020, est en route pour La Réunion après avoir été récupéré par le Nivôse. Il avait d'abord été sauvé dans un premier temps par Jean Le Cam. La frégate, qui se trouvait au large des Iles Kerguelen, est allé à sa rencontre dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 décembre 2020. L'opération s'est bien déroulée, selon les FAZSOI. Kevin Escoffier est attendu en fin de semaine prochaine à La Réunion. (Photos Marine nationale)
Le skipper et participant au Vendée Globe Kevin Escoffier, dont le bateau a chaviré lundi 30 novembre 2020, est en route pour La Réunion après avoir été récupéré par le Nivôse. Il avait d'abord été sauvé dans un premier temps par Jean Le Cam. La frégate, qui se trouvait au large des Iles Kerguelen, est allé à sa rencontre dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 décembre 2020. L'opération s'est bien déroulée, selon les FAZSOI. Kevin Escoffier est attendu en fin de semaine prochaine à La Réunion. (Photos Marine nationale)

Après avoir été sauvé par Jean Le Cam, le skipper Kevin Escoffier a été pris en charge par le Nivôse. Le bateau de la Marine nationale, qui se trouvait aux Iles Kerguelen, est venu à la rescousse du participant du Vendée Globe, qui a fait naufrage lundi 30 novembre au large de l'Afrique du Sud.

"L'opération s'est bien passée, malgré une mer un peu houleuse" confirme les FAZSOI (forces armées de la zone sud océan Indien), contactées par Imaz Press. "Kevin Escoffier est désormais en sécurité à bord avec l'équipage. Il devrait normalement arriver à La Réunion en fin de semaine prochaine" nous indique-t-on. Les FAZSOI sont actuellement en contact avec le commandement du Nivôse, mais par e-mail puisque la frégate est en mer, ce qui ralentit les échanges.

- Un transfert houleux -

Les forces armées donnent des détails sur les conditions du sauvetage au moment de rejoindre le bateau de Jean Le Cam. "La mission implique de faire route au nord-ouest sur plus de 1000 nautiques, face aux éléments quatre jours durant, pour se porter au-devant du monocoque. (...) Aussitôt, le bâtiment de combat stationné à La Réunion appareille, et affronte bientôt les creux supérieurs à 6 mètres caractéristiques des redoutables '40èmes rugissants'. Au fil des heures, les prévisions météorologiques s'affinent, comme les informations sur le trajet de jean Le Cam, et un rendez-vous est fixé sur une fenêtre d'état de mer favorable".

C'est tôt ce dimanche matin que le transfert a pu se faire. "Le 6 décembre, au petit matin, la frégate entre en contact radar, visuel puis radio avec Yes, we Cam. Une demi-heure plus tard, elle manoeuvre pour lisser le plan d'eau et dispose son embarcation à l'eau malgré la houle. En quelques instants, le navigateur Kevin Escoffier est pris en charge, fourbu mais content. Jean Le Cam reprend, lui, sa route vers le cap Leeuwin et son Sème Vendée Globe" précise les FAZSOI.

Jean Le Cam a filmé l'arrivée des marins. "Bisous ma caille" lui a dit Kevin Escoffier au moment de partir. Jean Le Cam reprend la course de son côté.

Regardez cette vidéo de Jean Le Cam, quand la Marine nationale vient chercher Kevin Escoffier :

Contrairement aux précédents sauvetages dans le cadre du Vendée Globe, c'est le Nivôse et non pas le Marion-Dufresne qui a été affrété. "Le bateau se trouvait dans la zone, en mission dans les Terres arctiques (TAAF, ndlr) et Kevin Escoffier a fait naufrage au large de l'Afrique du Sud. Ça fait de toute façon partie des missions de la frégate, c'était cohérent" ajoutent les FAZSOI.

Le naufrage du skipper a été l'une des grandes frayeurs de ce Vendée Globe 2020. Lundi 30 novembre, Kevin Escoffier a chaviré après une importante voie d'eau sur son bateau PRB au sud-ouest de l'Afrique du Sud. Il se trouvait en 3ème position de la célèbre course à la voile. Après 11 heures d'attente sur son radeau de survie, il a finalement été récupéré par Jean Le Cam, qui a troqué mardi 1er décembre sa combinaison de participant du Vendée Globe pour celle de sauveteur.

"Je suis content, ça fait plaisir d'être là" a déclaré Kevin Escoffier. Ses premiers mots une fois récupéré par la Marine nationale.

Selon L'Equipe, Jean Le Cam devrait aussi "récupérer des vivres compte tenu de la situation". BFM précise que le skipper de Yes We Cam devrait bénéficier "d’une bonification afin de ne pas être pénalisé pour ce sauvetage héroïque". Les trois autres marins déroutés (Yannick Bestaven, Boris Herrmann et Sébastien Simon) ne devraient pas être pénalisés non plus.

- Déjà plusieurs sauvetages vers La Réunion -

Le précédent sauvetage pendant le Vendée Globe vers La Réunion date de 2016. Le skipper français Kito de Pavant est arrivé le vendredi 30 décembre 2016 à La Réunion à bord du Marion Dufresne. Parti le 6 novembre 2016 des Sables-d'Olonne, son bateau, Bastide Otio, avait subi un choc brutal avec un objet flottant non identifié en décembre, entraînant une avarie de quille et une voie d'eau importante au niveau du puits de quille, contenue dans le compartiment du moteur. Après avoir affalé ses voiles, Kito de Pavant était resté à l'intérieur de Bastide Otio, dérivant à 3 noeuds vers le Sud-Ouest, au nord des îles Crozet. Nous l'avions rencontré suite à son arrivée à La Réunion.

Plus tôt, en décembre 2008, c'est également sur le "Marion Dufresne" qu'était arrivé Bernard Stamm, concurrent du Vendée Globe, et son bateau "Cheminées Poujoulat". Récupéré sur les Kerguelen par le navire ravitailleur des terres australes et antarctique, Bernard Stamm avait abandonné la course depuis le 13 décembre à cause d'un problème de safran qui est une pièce essentielle du gouvernail qui permet de diriger le voilier.

En 2015, l'ancien monocoque du navigateur avait été presque entièrement détruit par un incendie survenu le 29 avril, au Port-Ouest. Le voilier de 25 mètres y reposait depuis 2008, lorsque Bernard Stamm avait été secouru.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

JPC974, Posté
Ou se trouvent les Iles "kerveguen" ? (Aux îles Kerguelen ^^ Nous avons corrigé grâce à vous JPC974. Merci à vous - Webmaster)
Yab, Posté
@T21 : Je ne suis pas défendeur du système actuel, loin de là.Mais en attendant, protéger des zones de la surpêche ou d'autres surexploitations nuisibles, c'est bien, et c'est la mission du NivÃ'se aussi, même si cela sont parfois (souvent) des prétextes pour protéger des intérêts souvent planqués (protéger les intérêts économiques de certains, justifier les dépenses astronomiques de l'armée).Bref rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc, c'est souvent un panaché de gris avec lequel il faut composer et râler pour râler, ça ne fait strictement rien avancer.
T21, Posté
@Yab.L'armée, l'armement et les "serviteurs" de ce système ont toujours coôté de l'argent aux contribuables qui ont la chance de le payer dans ce triste monde, triste société.....Relativisez un minimum , arrêtez de vous plaindre et vous verrez comme vie est belle. La vente du Nivose avec les guignols qui sont dessus...Du miam miam chez les "autres" et t'inquiète , tu ne maigrira pas
Yab, Posté
@Steph Il n'a pas été "envoyé", il était sur zone et ils se sont coordonnés pour le récupérer en marge d'une mission.Comme il n'était plus en danger, il n'y avait donc plus de caractère d'urgence, et aucun bâtiment de l'AfSud ou de la France n'a été envoyé à son secours. Il s'agit juste de se coordonner pour que ça coûte le moins (de temps et d'argent, justement) à tout le monde.Au passage, Jean Le Cam a perdu bien plus de temps que le Nivôse, et l'argent du contribuable n'a pas été gaspillé dans l'opération, le Nivôse était déjà sur zone, tout au plus a-t-il dévié un peu de sa route direct pour faire gagner un peu de temps à Jean le Cam.Faut arrêter de venir chercher la petite bête, c'est d'une débilité ... triste monde, triste société !
T21, Posté
Déjà si tu paies des impôts, t'en as plus que les autres.....Le problème n'est pas là, sauver ou pas ?Cause avec le sud malgache, ils ont peut-être une réponse.
Stéph, Posté
Envoyer un bâtiment militaire pour récupérer un skipper... c'est qui qui paye ? Nos impôts ??J'aimerais mieux que mes impôts servent à sauver des naufragés réellement dans le besoin !!