Racisme ordinaire :

Le cheveu crépu, toujours mal aimé et pourtant si naturel


Publié / Actualisé
Tout commence le week-end du 13 et 14 juillet 2019 avec une simple photo postée sur Twitter. Sur l'image, on y aperçoit une affiche, présentée comme étant accrochée dans les locaux du lycée Bel Air à Baie-Mahault en Guadeloupe, avec pour légende la phrase "Rentrée 2019 : Les coupes de cheveux non autorisées au lycée Bel Air - Liste non exhaustive". Etrange...
Tout commence le week-end du 13 et 14 juillet 2019 avec une simple photo postée sur Twitter. Sur l'image, on y aperçoit une affiche, présentée comme étant accrochée dans les locaux du lycée Bel Air à Baie-Mahault en Guadeloupe, avec pour légende la phrase "Rentrée 2019 : Les coupes de cheveux non autorisées au lycée Bel Air - Liste non exhaustive". Etrange...

Le lycée en question est un établissement privé, où le port de l'uniforme est déjà en place. Rien de bien choquant alors de voir la direction décider de réglementer la tignasse des marmailles qui fréquentent les couloirs du lycée. Mais quelque chose cloche tout de même un peu. En y regardant d'un peu plus près, la liste – non-exhaustive,  – semblent un tantinet… longue, et surtout, visant une composante toute particulière de la population.

Lire aussi : Un lycée guadeloupéen interdit, entre autres, les coupes afro

Des jeunes femmes aux cheveux colorés en rouge et vert fluo sont présentes. Interdire des couleurs aussi voyantes dans les cheveux pourrait sembler approprié pour un établissement privé. A priori, dans une école où le port d'uniforme est de mise, on peut supposer que la sobriété est un critère important pour la direction.

Mais parmi ces rares coiffures légèrement criardes, ce sont toutes les formes du cheveu crépu qui sont attaquées. Les dreadlocks ? Que nenni, bien trop "marginal" pour cet établissement. Des tresses, tout ce qu'il y a de plus classique chez les jeunes femmes à la peau noire ? Ah non, surtout pas, qu'elles soient attachées ou portées lâchées. Laisser ses cheveux au naturel et arborer une afro ? Ah non, ça non plus…

Finalement, on finit par se dire que l'établissement cherche à bannir tout cheveu de ses classes. Et bien non, à vrai dire, il semblerait même qu'un crâne rasé ne fasse pas l'affaire non plus, à en croire cette image de jeune femme n'ayant environ qu'un centimètre de cheveux sur le caillou. A se demander s'il ne serait pas plus simple de se présenter la tête couverte. Après tout, c'est un établissement privé, ils peuvent bien y faire ce qu'ils y veulent…

Mais ici, nous ne parlons que des coupes interdites aux jeunes femmes. Qu'en est-il des hommes ? Il semblerait qu'absolument aucune coupe de cheveux ne leur soit autorisée non plus. Oh, pardon, dans leur cas, le crâne rasé est bel et bien autorisé…

Jon Snow se serait-il perdu en Guadeloupe ?

Nous crierions presque au racisme, si trois photos de personnes à la peau blanche, vraisemblablement pêchées sur internet, ne s'étaient pas glissées dans le tas… Interdire les coiffures de noirs, d'accord, mais il ne faudrait pas que ça se voit trop non plus.

Une autre petite surprise s'est d'ailleurs glissée dans ce joli assemblage photo : Jon Snow, le Roi du Nord lui-même. Il semblerait que l'héritier légitime du Trône de Fer (et personnage central de la série Game of thrones) se soit lassé du froid et ait décidé d'aller se la couler douce sur les plages de la Guadeloupe, mais que sa tignasse brune n'ait pas réussi à conquérir les dirigeants de Bel Air. Blague à part, considérons-nous chanceux(ses) que la Garde de nuit n'ait pas été plus stricte en matière de cheveux, car on doute que Jon Snow aurait pu créer autant d'émoi sans un poil sur le crâne.

On image les commentaires venir. "C'est un lycée privé, ils font bien ce qu'ils veulent", "Il faut arrêter de voir le mal partout", "Vous nous ennuyez avec vos prises de positions"… Oui, mais, le problème voyez-vous, c'est tout l'aspect insidieux qui réside dans ces interdictions.

Elles sous-entendent que tous ces types de cheveux, sous leur forme naturelle et crépue, ne sont pas sérieux, voire qu'ils représentent un manque d'entretien et de saleté. Si vous n'y voyez pas un résidu de discrimination, d'autres le verront. D'autant plus que, il y a de ça quelques semaines, le gouvernement californien faisait passer une loi interdisant la discrimination basée sur les cheveux crépus ou lockés.

Lire aussi : La Californie interdit d'interdire afro, tresses et dreadlocks

Laisser les Créoles être Créoles

Il n'y a qu'à voir l'accueil qui a été réservé à Sibeth Ndiaye lors de sa prise de fonction en tant que porte-parole du gouvernement. Sans rentrer dans le débat de son (in)compétence ou de ses textos douteux concernant Simone Veil, la politicienne s'est vue prise pour cible par de – très – nombreux internautes concernant… ses cheveux crépus. "Elle se croit où avec sa coupe de cheveux à l’Afro ?? Chez elle, au bled, au Sénégal !? C’est juste une provocation de plus, cette bouffonne, c’est pas parce qu’elle est noire qu’elle doit tout se permettre" pouvait-on lire sur le net. Et bien sûr ce n'est qu'un exemple parmi des centaines, voire des milliers d'attaques. Mais n'y voyons surtout pas de trace de racisme là-dedans bien sûr, parce qu'on le sait tous, un cheveu porté en afro, c'est un cheveu sale… (non.)

Lire aussi : Derrière le cheveu crépu, la revendication politique

Loin de nous l'idée de jeter la pierre à la Guadeloupe ou même à ce lycée en particulier. A vrai dire, à La Réunion, nous avons nos propres travers intériorisés, résultat de siècles de domination. Récemment, on nous annonçait que le créole n'avait pas sa place dans l'administration de l'Education natioanle. Car, vous comprenez, quelqu'un qui ne parle pas cette langue doit se sentir exclu, phosphorent certains… Ou peut-être qu'une personne décidant de venir vivre sur une île à la culture différente devrait, peut-être, essayer de s'adapter à l'endroit où elle a décidé de s'installer ? Non ?

Lire aussi : Le créole banni des réunions officielles de l'Académie de La Réunion

Il faudrait bien un jour laisser les Créoles être des Créoles, respecter leur culture, leurs cheveux et arrêter de vouloir (en vain fort heureusement) une France seule et unique où la définition d'une personne "propre sur elle" est puisée dans des siècles d'intolérance, de discrimination, de racisme.

La France est multi-culturelle, multi-ethnique, multicolore, elle est multiple. C'est ce qui fait sa grandeur, sa force et son honneur... Et il ne faut jamais l'oublier.

as/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

30 reportage(s)
Kwa films

Sudel Fuma, héros créole

Kwa Films

"Gangster Project" à Cape Town

Kwa Films

Talents La Kour, le making-off...