La fréquentation en baisse de 6,8 % en 2013 à La Réunion :

Tourisme : "les médias et la crise m'ont tuer..."


Publié / Actualisé
Ce mardi 22 avril 2014, les chiffres de la fréquentation touristique dévoilés par l'IRT (Île de La Réunion Tourisme) et l'Insee se sont avérés sans équivoque : 416 000 touristes en 2013, soit un recul de 6,8 % et un retour au niveau des années 2009-2010. Mais alors que la cour des comptes avait pointé les insuffisances de la politique régionale en la matière, l'IRT et l'Insee se contentent d'évoquer "la crise économique qui perdure en France" ou encore "les retombées médiatiques négatives" dues à la crise requin.
Ce mardi 22 avril 2014, les chiffres de la fréquentation touristique dévoilés par l'IRT (Île de La Réunion Tourisme) et l'Insee se sont avérés sans équivoque : 416 000 touristes en 2013, soit un recul de 6,8 % et un retour au niveau des années 2009-2010. Mais alors que la cour des comptes avait pointé les insuffisances de la politique régionale en la matière, l'IRT et l'Insee se contentent d'évoquer "la crise économique qui perdure en France" ou encore "les retombées médiatiques négatives" dues à la crise requin.

Difficile de se voiler davantage la face. Depuis des mois, les professionnels du tourisme tirent la sonnette d’alarme ; de son côté, la cour des comptes met en cause le "manque de dynamisme" et l’inefficacité des politiques publiques ; et ce mardi 22 avril, le couperet est tombé : une fréquentation en baisse de 6,8 % en 2013, après une chute de 5,3 % en 2012. Mais pour l’IRT et l’Insee, "l’intérêt touristique de l’île ne se dément pas".

Aux près de 7 % de touristes en moins, les deux organismes opposent un taux de satisfaction de 96 %. Un chiffre qui permet de se dédouaner de toute responsabilité, puisque selon l’IRT la destination Réunion "fait toujours l’unanimité". Comment expliquer alors ce net recul de la fréquentation ? Il ne faut pas chercher bien loin : c’est la faute à la crise économique et aux médias.

Premiers responsables, ces derniers sont accusés, à mots à peine couverts, de véhiculer " une image négative " en relayant les attaques de requins. Le problème ne serait donc pas la présence des squales dans les zones balnéaires, mais le fait d’en parler... "Les plages de La Réunion sont présentées comme hostiles auprès des clientèles européennes en quête d’îles exotiques pour leurs vacances", écrit ainsi l’IRT. Pas un mot sur le manque de prévention pendant des années ou la communication parfois ubuesque sur le sujet.

Deuxième fossoyeur du tourisme à La Réunion, la crise économique qui "perdure" en France et en Europe. On apprend ainsi que si les touristes en provenance de la métropole restent largement majoritaires (quatre sur cinq), ils sont bien moins nombreux qu’en 2012 (- 5,3 %). Un recul encore plus net concernant la clientèle européenne (- 8 %), tandis que celle de la zone océan Indien se stabilise. "La conjoncture économique sur certains marchés européens tels que la France, la Belgique, a provoqué un repli des vacances dans son propre territoire ou une recherche de destinations "soleil" à petits prix", souligne ainsi l’IRT.

Le rapport qualité/prix en question

L’organisme note également que "l’arrêt des dessertes aériennes en provenance des régions françaises, la réduction du nombre de vol par les compagnies aériennes ont également participé à la baisse de fréquentation". L’étude révèle en effet que le nombre de mouvements d’avions à l’aéroport Roland-Garros est en baisse de 8 % en 2013, avec un nombre de passagers sur l’axe métropole-Réunion qui régresse de 3 %.

C’est que si les touristes se sont montrés satisfaits de l’accueil à 94 % en 2013, ils sont beaucoup moins unanimes sur la qualité du transport aérien et surtout sur ses tarifs : 29 % des touristes considèrent le rapport qualité/prix moyennement satisfaisant et ils sont 8 % à l’estimer insatisfaisant. L’IRT et l’Insee notent également que les voyages à forfait peinent toujours à trouver leur public : en 2013, seulement 15 % des touristes ont choisi ce type de vacances, soit 1 point de plus qu’en 2012.

Par ailleurs, comme les années précédentes, 23 % des touristes profitent de leur séjour dans l’océan Indien pour visiter d’autres îles, Maurice attirant les trois quarts d’entre eux. L’étude indique également que la durée moyenne des séjours dans l’île est de 16,7 jours à La Réunion, les personnes demeurant à l’hôtel y restant un peu moins en moyenne qu’en 2012 (6,2 jours contre 6,6).

Enfin, comme il s’agit de terminer ce constat guère reluisant par une note positive, l’IRT et l’Insee indiquent que "la dépense moyenne par personne (729 euros) augmente de 3 % en 2013 " et que " la dépense moyenne par ménage atteint, ainsi, son plus haut niveau avec 1 313 euros". Même si, moins nombreux, les touristes ont dépensé 303 millions d’euros durant leur séjour à La Réunion, soit 4 % de moins qu’en 2012.

www.ipreunion.com

   

6 Commentaire(s)

Correcteur, Posté
les médias et la crise m'ont tués et pas tuer (Cher Correcteur, la "faute" est volontaire et fait allusion à la tristement célèbre phrase "Omar m'a tuer". Sinon, nous aurions écrit "les médias et la crise m'ont tué. Merci de votre vigilance - webmaster ipreunion.com)
Malgré le requin, bon boulot, Posté
Bon boulot, je reprends le commentaire de Eric, c'est quand même un bon résultat au vu des circonstances.
Il serait fort intéressant de faire du lobbying au près des compagnies aériennes pour que cela change
Daazibao, Posté
Ah il y en a qui trouvent le billet d'avion trop cher...surprenant. Faut remettre les pendules a l'heure ce n'est pas l'aviob qui coute cher cher eh non c'est aéroport en ce debut d'année j'ai eu la joie d'apprendre que plus de la moitié de mon billet "avion" eh bien ce sont des taxes d'aéroport! Faut le savoir et le faire savoir...
Tourisma, Posté
Ce qui tue, c'est le prix prohibitif des compagnies aériennes, beaucoup moins chères sur d'autres destinations.
C'est dommage et c'est laisser partir des devises à l'extérieur depuis la métropole qui pourraient atterrir en douceur à La Réunion, si belle et sympathique destination
Sofia, Posté
La Réunion est une destination "magique" ... Cette île intense attire les amoureux de la nature luxuriante aux mille et une couleur... Un seul bémol freine les envies des voyageurs : le seul prix du billet d avion !!! Le prix demandé à certaines périodes de l année pour un vol "sec"peut aller jusqu'à 1500 € en classe économique !!! Comment imaginer aller à l hotel en plus ??? Voilà ce qui nous plombe et donne à l Ile Maurice de beaux jours devant elle avec souvent ses formules "all inclusive" à des prix défiant toute concurrence, vol y compris !!!
Eric, Posté
c'est déjà pas si mal, on aurait pu faire moins bien avec tous ces problèmes