[LIVE-AUDIO/VIDEO/PHOTOS] La colère gronde chez les différents syndicats :

Prix de la tonne de cannes - Les planteurs demandaient 6 euros de plus, ils ont eu 49 centimes


Publié / Actualisé
Le comité paritaire de la canne à sucre se réunit ce jeudi 1er juin 2017. Planteurs et industriels ont repris les discussions autour du prix de la tonne de canne. Cette question de la revalorisation a mené les syndicats d'exploitants à plusieurs actions de blocage des usines sucrières et des axes routiers ces derniers jours.
Le comité paritaire de la canne à sucre se réunit ce jeudi 1er juin 2017. Planteurs et industriels ont repris les discussions autour du prix de la tonne de canne. Cette question de la revalorisation a mené les syndicats d'exploitants à plusieurs actions de blocage des usines sucrières et des axes routiers ces derniers jours.

- Ce live est à présent terminé. Merci d'avoir suivi l'actualité sur Imaz Press Réunion -

18h44 - Dans un communiqué, le syndicat du sucre de La Réunion indique que "d'autres paramètres", pouvant influer sur le prix de la tonne de cannes, sont encore censés être examinés. La prochaine réunion de travail, prévue ce jeudi 8 juin, a été avancée à ce mardi 6 juin. Le communiqué est à retrouver dans son intégralité par ici.

17h10 - Les membres de la CGPER s'orientent vers la Chambre d'agriculture à pieds. De leur côté, les Jeunes agriculteurs réfléchissent à des actions qu'ils pourraient mener prochainement. Enfin, la FDSEA se réunira ce soir à 22h00.

17h03 - Un groupe de planteurs se dirige à pied vers les locaux de la Chambre d'agriculture, sans perturber la circulation. Un autre groupe est toujours à proximité de la DAAF.

 

 

16h59 - Alors que les syndicats de planteurs demandaient une hausse d'environ 6 euros par tonne de canne, Frédéric Vienne (FDSEA) parle d'un "manque de respect de la part des industriels" quant à l'annonce d'une hausse de 49 centimes. Les négociations reprendront ce mardi. Pour l'heure, les planteurs n'ont annoncé aucune action coup de poing.

 

 

16h48 - Les planteurs sont toujours en colère. A l'issue des négociations, les agriculteurs obtiennent une hausse de 49 centimes d'euro par tonne de canne. Un montant très en deça de leur demande.

16h30 - A la sortie de la réunion, les planteurs sont en colère : SUIVEZ NOTRE DIRECT FACEBOOK

15h20 - Du côté des planteurs, il semblerait que les esprits s'échauffent. Certains d'entre-eux, venus soutenir les représentants syndicaux, haussent un peu le ton à l'extérieur de la salle de réunion.

14h53 - De son coté, Jean-Bernard Gonthier, président de la Chambre d'agriculture n'est "pas trop confiant". "Nous attendons les propositions que vont nous faire les industriels, mais nous attendons les vraies propositions, celles qui augmentent les revenus des agriculteurs" explique-t-il.

14h50 - Avant d'entrer, les syndicats ont répondu aux questions de la presse. La Fédération départementale des exploitants agricoles (FDSEA) présice qu'elle "n’a pas organisé de mobilisation. On a préféré reposer la base pour finir la bataille. On espère, en sortant d'ici, avoir des avancées pour les agriculteurs. Les revendications n’ont pas changé : nous voulons la transparence de la filière canne du côté de Téréos et la revalorisation à la hausse du prix de base de 39,09 euros la tonne" explique Frédéric Vienne, président de la FDSEA.

14h40 - La réunion commence.

 

 

14h38 - Cinq planteurs et quatre industriels sont actuellement autour de la table pour la reprise des négociations autour de la revalorisation du prix de la tonne de canne à sucre.

14h30 - Tous les syndicats d'exploitants sont présents pour participer aux discussions. Les représentants de la CGPER, des Jeunes Agriculteurs et de la FDSEA se sont rendus en salle de réunion, accompagné de Jean-Bernard Gonthier, président de la Chambre d'agriculture. Les industriels et leurs représentants sont, pour leur part, entrés par une autre porte et ne sont pas passés devant les planteurs avant de rejoindre la table des négociations.

14h15 - Un groupe de planteurs est déjà sur les lieux. Plusieurs fourgons de police sont également sur place.

A 14h30, heure à laquelle devrait débuter la réunion, les planteurs et industriels se réunissent dans les locaux de la DAAF (Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt) pour reprendre les négociations autour de la revalorisation du prix de la tonne de canne.

 

Pour rappel, les planteurs de canne ont affiché leur mécontentement dès le mercredi 24 mai, en élaborant plusieurs opérations escargot à Saint-Denis avec leurs tracteurs. L'accès à la route du littoral avait été bloqué en fin de journée, créant d'énormes embouteillages sur les principaux axes routiers du chef-lieu.

A quelques semaines du début de la campagne sucrière, les usines du Gol et de Bois Rouge ont été bloquées ce lundi toujours en guise de contestation de la part des planteurs autour de la revalorisation du prix de la tonne de canne à sucre. Mardi, les blocages des deux usines se sont poursuivis jusqu'à 17h00. Si les négociations n'aboutissent pas à un accord commun ce jeudi, les syndicats d'exploitants n'ont pas écarté la possibilité de nouvelles actions.

A noter que dans la nuit de ce mercredi, un incendie s'est déclaré à l'usine de Beaufonds à Saint-Benoît, dégradant la sonde permettant de calculer la richesse en sucre de la canne. Le centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre de La Réunion, à qui appartient le matériel, indispensable lors de la campagne, a porté plainte. Une enquête a été ouverte et les dégâts déplorés par les syndicats de planteurs. La coupe de la canne pourrait alors débuter plus tard que prévu.

mp/rb/jm/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !