L'ARS alerte sur la situation sanitaire :

Le variant Omicron gagne du terrain à La Réunion avec cinq nouveaux cas


Publié / Actualisé
L'agence régionale de santé (ARS) a fait un point sur la situation sanitaire ce vendredi 10 décembre 2021. Avec un taux d'incidence qui dépasse 370 pour 100.000 habitants, la situation continue de se dégrader et la circulation du virus se poursuit. A l'hôpital, 21 patients Covid occupent les lits de réanimation. Le variant Omicron, lui, gagne du terrain avec cinq nouveaux cas confirmés, faisant passer le total à huit cas sur l'île, dont un autochtone. L'occasion de préciser que les dernières études semblent estiment que le vaccin Pfizer reste efficace malgré l'apparition de ce nouveau variant. La vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans atteints de certaines pathologies va d'ailleurs pouvoir débuter à compter du 20 décembre. Le directeur de cabinet du préfet, Ottman Zaïr, a indiqué que l'arrêté courant jusqu'au 19 décembre et interdisant pique-niques, bivouac ou rassemblements de plus de 10 personnes serait prolongé jusqu'au début janvier. (Photo rb/www.ipreunion.com)
L'agence régionale de santé (ARS) a fait un point sur la situation sanitaire ce vendredi 10 décembre 2021. Avec un taux d'incidence qui dépasse 370 pour 100.000 habitants, la situation continue de se dégrader et la circulation du virus se poursuit. A l'hôpital, 21 patients Covid occupent les lits de réanimation. Le variant Omicron, lui, gagne du terrain avec cinq nouveaux cas confirmés, faisant passer le total à huit cas sur l'île, dont un autochtone. L'occasion de préciser que les dernières études semblent estiment que le vaccin Pfizer reste efficace malgré l'apparition de ce nouveau variant. La vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans atteints de certaines pathologies va d'ailleurs pouvoir débuter à compter du 20 décembre. Le directeur de cabinet du préfet, Ottman Zaïr, a indiqué que l'arrêté courant jusqu'au 19 décembre et interdisant pique-niques, bivouac ou rassemblements de plus de 10 personnes serait prolongé jusqu'au début janvier. (Photo rb/www.ipreunion.com)

• Situation très dégradée : le taux d'incidence est de 380 pour 100.000

"La situation reste dégradée avec un nombre de contaminations élevé du fait d'une nouvelle progression du taux de positivité sur les personnes symptompatiques", a indiqué Martine Ladoucette, directrice de l'ARS. Du 2 au 8 décembre, plus de 3.100 nouveaux cas de Covid-19 ont été identifiés à La Réunion. On dénombre en moyenne 460 nouveaux cas par jour sur les sept derniers jours. Le taux d'incidence dépasse actuellement 380 pour 100.000 habitants.

La situation n'est pas "atypique" par rapport à la France et la dégradation apparaît moins forte qu'en Métropole, selon Martine Ladoucette. Mais cette sotuation génère des préjudices importants pour les personnes touchées : 48 personnes sont hospitalisées à ce jour à cause du Covid, dont 21 en réanimation. "C'est l'un des niveaux les plus élevés depuis deux semaines consécutives à La Réunion" a précisé la directrice de l'ARS.

Depuis août le nombre de décès a augmenté : on en compte 12 ces trois dernières semaines dont 7 en sept jours seulement, comme indiqué dans le bulletin du mardi 30 novembre. "Cette nouvelle progression a de quoi nous préoccuper" a admis Martine Ladoucette.

5 nouveaux cas d'Omicron, soit 8 en tout à La Réunion

"Le variant Omicron est susceptible de connaître une diffusion rapide sans que l'on puiss établir s'il deviendra dominant et quand" a concédé Martine Ladoucette. L'occasion de confirmer de nouveaux cas : "5 cas supplémentaires d'Omicron à La Réunion, d'une part une personne cas contact de son compagnon revenu d'un séjour en Afrique du Sud et 4 personnes revenant d'Afrique du Sud samedi dernier. Toutes aujourd'hui sont soumises à l'isolement strict à l'hôtel" a garanti la directrice de l'ARS.

Lire aussi - A La Réunion Omicron circulait avant même l'identification du premier cas

Sept cas sont donc bien reliés à un séjour en Afrique du Sud. Pour le dernier cas, le huitième, aucun lien n'est fait avec cette famille. "Nous serions donc ici face à une transmission secondaire, soit le premier cas autochtone de l'île" a déclaré la directrice de l'ARS. Le variant Omicron "est donc déjà présent sur le territoire" et il est "susceptible de se diffuser sur l'île".

Lire aussi - Un cas autochtone de variant Omicron identifié au lycée Stella à Saint-Leu

Des opérations de séquençage sont actuellement en cours pour d’autres cas considérés comme suspects.

• Le vaccin Pfizer resterait efficace face à Omicron

La directrice de l'ARS a appelé une nouvelle fois la population à se faire vacciner. "Le taux de protection reste de l'ordre de 70%" a affirmé Martine Ladoucette. Le vaccin, de façon générale, reste "très efficace" pour se protéger des formes graves du virus, a rappelé la directrice de l'ARS.

Sur la question d'Omicron, "les connaissances des virologues augmentent de jour en jour et les nouvelles informations sont moins inquiétantes que prévues", le variant "ne remet pas en cause l'efficacité du principe actif du vaccin" a-t-elle précisé. Ainsi le vaccin Pfizer resterait efficace contre Omicron, selon l'OMS, "même s'il faut déjà se projeter sur des nouvelles modalités de stimulation des anticorps" soit de nouveaux rappels, a prévenu Martine Ladoucette.

Lire aussi - Variant : les vaccins a priori efficaces contre Omicron

• 77.900 Réunionnais.es ont reçu la 3ème dose

Pour la dose de rappel en cours, soit la troisième dose, "il ne faut pas confondre le délai minimum à savoir cinq mois après la deuxième dose et le délai maximum à partir duquel le pass sanitaire ne sera plus valide soit sept mois" a prévenu Martine Ladoucette.

A La Réunion, la campagne de rappel a débuté début septembre pour les 65 ans et plus, et le 27 novembre pour la population de plus de 18 ans. A ce jour, plus de 77.900 personnes ont bénéficié du rappel.

Lire aussi - Covid-19 : la troisième dose de vaccin est disponible pour tous les adultes

Rappelons qu'il faut compter sept jours avant l'activation du nouveau QR code après cette dose de rappel. Une personne qui sera donc éligible en janvier devra le faire au plus tard le 8 janvier, soit une semaine avant la date limite fixée par le gouvernement (15 janvier).

Pour le Janssen, les personnes vaccinées "doivent pouvoir bénéficier d'une seconde dose additionnelle et elles devront aussi bénéficier d'un rappel, soit cinq mois plus tard" a rappelé Martine Ladoucette. Ces personnes "devront avoir eu la deuxième dose au plus tard le 15 décembre" pour le Janssen, pour être dans les temps pour le rappel.

Les centres de vaccination sont ouverts six jours sur sept et des lignes sans rendez-vous sont bien dédiées aux personnes prioritaires, tout comme il existe des créneaux prioritaires.

• La vaccination possible pour les enfants de 5 à 11 ans fragiles dès le 20 décembre

La vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans sera possible à partir du 20 décembre pour les plus fragiles, avait annoncé le gouvrnement. "Les parents des enfants concernés pourront se rendre à l'hôpital, au CHU, pour leur faire profiter de cette vaccination" a annoncé Martine Ladoucette.

Lire aussi - L'ARS se prépare pour la vaccination des enfants de 5 à 11 ans

• L'importance des gestes barrières

La directrice de l'ARS invite les Réunionnais.es à conserver à tout prix les gestes barrières, en plus de la vaccination qui, seule, ne suffira comme s'appliquent à le dire les virologues désormais.

Ce respect des gestes barrières est capital "à la veille des fêtes" a précisé Martine Ladoucette. "Les études scientifiques les plus récentes ont bien montré à quel point il y avait des situations à risque : prises de repas collectifs, rassemblements festifs, transports... d'où l'importance de maintenir le télétravail" a-t-elle ajouté, dans le droit fil des conseils de la préfecture.

• Un coup de pouce au dépistage pour les voyageurs

Sur la dernière semaine, 72.700 dépistages ont été réalisés soit plus de 10.000 par jour, répartis équitablement entre les PCR et les antigéniques : c’est le niveau le plus élevé depuis le début de la crise sanitaire, indique l'ARS. Le taux de positivité est en hausse à 4,4% (contre 3,9% précédemment). Ce taux est en hausse chez les personnes symptomatiques et atteint 5,5% chez les 35-44 ans.

"Les laboratoires vont faire encore un effort supplémentaire : dès ce week-end, une nouvelle plateforme de tests va être mise en place à l'attention prioritaire des voyageurs, qui pourront réaliser leur test obligatoire" a annoncé Martine Ladoucette. La préfecture avait en effet indiqué qu'un dispositif pérenne serait installé en ce sens à l'aéroport de Gillot.

L'ARS indique que :

• à la descente de l’avion, tous les voyageurs en provenance de l’Île Maurice, Madagascar ou d’Afrique australe (pour motif impérieux) sont soumis à un test antigénique (résultat dans les 20 minutes)
• à partir de ce samedi 11 décembre, des tests antigéniques et des tests RT-PCR (résultats dans les 24 heures) sont proposés prioritairement aux voyageurs en partance pour la métropole, Mayotte et les pays de la zone. Ce service sera accessible ce samedi 11 et ce dimanche 12 décembre de 14h à 20h, et à partir du lundi 13 décembre, 7 jours /7, de 7h à 21h.

• Pas de pique-niques ni de rassemblements de plus de 10 personnes jusqu'à début janvier

Interrogé par Imaz Press, Ottman Zaïr, directeur de Cabinet du préfet, a précisé que l'interdiction de bivouac, de pique-niquer et de se rassembler à plus de 10 personnes va être être prolongée jusqu'à début janvier. Cet arrêté préfectoral avait déjà être prolongé une première fois et courait jusqu'au 19 décembre prochain.

Concernant les fêtes de fin d'année cependant, Ottman Zaïr a indiqué que pour l'instant aucun couvre-feu n'était prévu à ce stade, comme cela fut le cas l'an dernier le soir du Nouvel an. Rien n'a été décidé pour l'heure. Tout dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il précisé. Les Réunionnais.es sont invité.e.s à rester responsables et vigilants d'ici les fêtes.

• Les discussions enclenchées avec les discothèques

Sur le sujet des discothèques, le directeur de cabinet du préfet Ottman Zaïr a confirmé que "des discussions sont en cours" avec les gérants des boîtes réunionnaises.

Lire aussi - Restrictions sanitaires : plus aucune piste pour la danse

Lire aussi - Fermeture des discothèques : la douche froide pour les gérants de La Réunion

Ceux-ci et celles-ci ont été reçu.e.s par le préfet ce jeudi 9 décembre pour décider ensemble d'une feuille de route pour la reprise des discothèques en janvier, "si la situation sanitaire le permet". Les discussions sont amenées à se poursuivre durant les prochaines semaines, le temps de fermeture théorique annoncé par la gouvernement étant de quatre semaines précisément.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

5 Commentaire(s)

Ng, Posté
Vous avez rien d'autre à foutre que de compter les cas.....
Sonia, Posté
De tte façon, ce n est pas pour s améliorer. Entre toutes les manifestations, les marchés et magasins les fêtes de fin d année... Les gens auront envie de se lâcher ce qui est compréhensible. Malgré les restrictions !!!Par contre, Messieurs les dirigeants, quelles incohérences dans vos décisions. Trop injustes pour nous reunionnais, notre plaisir, nos traditions.En quoi un pique-nique en plein air, au grand air en famille,.. limitez le nombre s il le font... est risqué ''' Et à la plage, les uns sur les autres, au marché et en grandes surfaces, ce n est pas un problème, ni pour le Sakifo et j en passe.... De grâce, revoyez vos copies. On est en plein été. En métropole, c est ouvert MM si le corona circule en période estivale. C est exaspérant, frustrant pour nous.Une liberté ciblee à l avantage de certains, des touristes et nous, qui y résidons, juste le droit de prendre l air et pas le droit d amener notre repas pour souffler. C est un plaisir chez nous reunion aïs. A ce que je sache, les espaces sont suffisamment grands pour respecter un minimum de distance.Les gens se regrouper ont chez eux et ça va être pire !Bien dommage
Marimbe, Posté
Je pense que nous sommes gouvernés par des incompetents
Momo, Posté
Ils ont dit que ce variant était notre sauveur qu'il bouffait les autres variant qui va devenir encore plus riche combien coûte un vaccin le peuple il y a une quatrième dose en jeu c koi sa
Lina, Posté
Je vous signale que JF Delfraissy qui conseil le gouvernement reconnaissait il y a 2 jours...que le pass et le vaccin avaient atteint leurs limites et n étaient pas aussi efficaces... mais continuez à faire comme si de rien en répétant inlassablement qu il faut appliquer une stratégie qui ne marche pas!!!.....c est sur qu interdire les créoles d aller en pique nique durant les vacances mais de faire le sakifo avec un tarif pour entrer ça va distraire toute notre île....on nous prend pour des c.....