Le gouvernement pallie l'incompétence de certains décideurs :

NRL : qui veut gagner 100 millions d'euros payés par l'Etat ?


Publié / Actualisé
La NRL, c'est mieux que le loto du patrimoine ! Alors que certains bâtiments du patrimoine culturel et historique de La Réunion se battent pour obtenir des financements de l'Etat, la Nouvelle Route du Littoral devrait bénéficier de plusieurs dizaines de millions d'euros dans le cadre du plan de relance économique de l'Etat (100 millions d'euros ont été demandés par la Région Réunion). S'il est bien évidemment nécessaire de finir cette route au coût pharaonique (plus de 2 milliards d'euros), ce sont les impôts des Français, et donc des Réunionnais, qui sont une fois de plus mis à contribution, ce qui est ironique pour un président de Région qui a démoli l'ancien projet car il ne voulait pas faire payer les Réunionnais (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La NRL, c'est mieux que le loto du patrimoine ! Alors que certains bâtiments du patrimoine culturel et historique de La Réunion se battent pour obtenir des financements de l'Etat, la Nouvelle Route du Littoral devrait bénéficier de plusieurs dizaines de millions d'euros dans le cadre du plan de relance économique de l'Etat (100 millions d'euros ont été demandés par la Région Réunion). S'il est bien évidemment nécessaire de finir cette route au coût pharaonique (plus de 2 milliards d'euros), ce sont les impôts des Français, et donc des Réunionnais, qui sont une fois de plus mis à contribution, ce qui est ironique pour un président de Région qui a démoli l'ancien projet car il ne voulait pas faire payer les Réunionnais (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

En 2010, Didier Robert, alors candidat aux élections régionales, confiait à Imaz Press Réunion (et oui, mais ça c'était avant) sa vision de la Région Réunion dans 10 ans. Il annonçait avec beaucoup de conviction qu’il voyait, notamment, "une route du littoral gratuite" après avoir mis fin au projet tram-train dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui.

Lire aussi : Didier Robert : "Je ne suis aux ordres de personne"

Bon... concernant ses talents de voyant, on repassera. Pour sa fiabilité aussi

Car promise depuis 10 ans, ce projet n’est actuellement réalisé qu’à "80%" pour reprendre les éléments de communication  de la collectivité régionale. Depuis près d’un an et la pose de la dernière pile du viaduc dignement fêtée par le président de Région et ses élus, le chantier est à l’arrêt, ou du moins, enregistre un très fort ralentissement. En cause, les 2,7 kilomètres de digue restant à réaliser, et qui cristallisent tous les problèmes actuels.

Lire aussi : Cher Monsieur Didier Robert votre demi-jour de gloire est arrivé

Les coupables de ces retards et de ces problèmes sont tout trouvés pour Didier Robert. C’est de la faute du groupement, accusé d’être gourmand financièrement et de ne pas avoir anticipé certaines problématiques. C’est de la faute des opposants aux carrières qui n’ont pas compris que si des centaines de camions défileront à côté des cases des riverains, c’est pour leur bien. C’est même de la faute des roches qui ne sont pas suffisamment nombreuses pour combler le manque de matériaux actuel. Bref : "c’est de la faute de tous les autres, mais pas la mienne" veut faire admettre le président de Région.

Conséquence, alors que la livraison du chantier était initialement promise pour 2019/2020, on est plus que jamais dans le flou aujourd’hui, même si Didier Robert ose avancer une livraison pour 2023  alors que Dominique Fournel, vice-président délégué à ce chantier, évoque plutôt 2024 "au mieux".

Les deux élus ont vraisemblablement du mal à accorder leur violon, donnant l’impression d’une véritable cacophonie et d’un manque réel de visibilité sur ce chantier par l’autorité régionale elle-même.

Cela n’est que le reflet, au fond, de tout l’amateurisme et l’incompétence qui a entouré dès le début ce projet perfectible, mal ficelé et loin d’être lavé de tout soupçon puisque, rappelons-le, ses marchés font l’objet d’une enquête préliminaire depuis près de 5 ans.

Cette NRL donnait surtout le sentiment, dès ses fondations, d’être seulement le prétexte pour effacer l’ancien projet régional défendu par Paul Vergès et qui intégrait le tram-train. A l’époque, Didier Robert arguait qu’il était hors de question faire supporter aux Réunionnais le coût de cette route, faisant référence à l’éventualité de mettre en place un péage.

Oui, Didier Robert est un grand défenseur du pouvoir d’achat des Réunionnais. La preuve, plutôt que de faire supporter aux Réunionnais cet infâme projet de péage, ces derniers devront seulement supporter le poids de la dette colossale que laisse cette route, et qui plombe désormais le budget de la collectivité régionale. Ce sont donc les impôts des Réunionnais qui paieront la route, une manière de faire passer la pilule plus en douceur, très certainement.

Lire aussi : + 108% depuis 2015, la Nouvelle route du littoral plombe la dette de la Région

Malgré ce fiasco politique et financier, le sauvetage du projet reste évidemment légitime. Bruno Lemaire, le ministre de l’Economie, a totalement raison  lorsqu’il affirme qu’ " il n’y a rien de plus stupide que les routes qui ne mènent nulle part ".

Pour limiter la casse, l’Etat décide donc de mettre la main à la poche pour venir à la rescousse de Didier Robert. Mais le gouvernement, certainement échaudé par tous les imbroglios entourant ce chantier, ne semble pas vouloir céder si facilement aux yeux de chimène de la Région qui lui réclame une subvention de 100 millions d’euros (rien que ça !) dans le cadre du plan de relance économique.

Confirmant une contribution financière, le gouvernement préfère attendre de connaître le montant de l’appel d’offres lancé par la Région Réunion avant d’évoquer une quelconque somme. 

Lire aussi : Plan de relance : 1,5 milliard d'euros pour les Outre-mer

Ce qui n’empêche pas Didier Robert de bomber le torse - sans aucune gêne -,  dans un communiqué publié ce jeudi 3 septembre. "Je salue également le Gouvernement et les services de l’État pour avoir réaffirmé comme urgent et prioritaire la fin des travaux de la Nouvelle Route du Littoral pour la sécurité de tous, ainsi que son engagement dans le cadre du protocole qui sera présenté à la commission permanente du 8 septembre. Les bases d’une véritable politique pour le développement des Outre-mer sont enfin posées" peut-on lire.

Non content de faire supporter le poids de cette route aux Réunionnais, ce sont tous les Français qui sont maintenant mis à contribution pour sauver ce projet pharaonique.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Lapin gate, Posté
Moi mi vé 100 millions d'euros pour cassiette dans mon poche, lé possible imazpressreunion ? Ma grand besoin
CHABAN, Posté
Heureux de retrouver les commentaires !BEAU costume taillé dans la roche pour notre globe-trotter international. Il fallait le dire et c'est bien dit ! ð?'
Leche cul, Posté
On paye la route en 2 fois ! C'est le même groupement qui aura le marché c'est pipé non? Tout ceci pour inclure les pénalités dans le nouveau protocole qui sera signé..... créoles lé vilain mais lè pi couillon Imazpress
Ti kok, Posté
Vive didier robert
Ti moriss, Posté
Que dirions nous il est comme Attila ou il passe il ne reste que son empreinte un égo sans égal ainsi pr dire qu'on à que des manchots kom marmaille l'école la pa moin ça missier ça ali ça.